Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le maire de Buea, Patrick Ekema, n’est pas décédé des suites d’un empoisonnement

Non, le maire de Buea, Patrick Ekema, n’est pas décédé des suites d’un empoisonnement

Paru le lundi, 28 octobre 2019 15:42

L’édile municipal aurait succombé à un empoisonnement, selon plusieurs publications sur Facebook. Vraiment ?

Plusieurs publications sur Facebook affirment que Patrick Ekema, le maire de Buea, capitale régionale du Sud-Ouest et l’un des foyers de la crise anglophone, est décédé des suites d’un empoisonnement. «Urgent : le maire de Buea, Patrick Ekema est mort empoisonné !», écrit une internaute camerounaise. «Breaking news. Mort du maire de Buéa monsieur Ekema Patrick ce matin, mort empoisonné», renchérit un autre ce dimanche 27 octobre 2019. Si la nouvelle de la mort de l’édile municipal a été confirmée, reste que ce dernier est plutôt décédé des suites d’un «arrêt cardiaque», rapporte la radio nationale Crtv, qui cite des sources familiales.

23 sbbc copy

 

Il a rendu l’âme dans une clinique privée de Douala, selon la même source. Elu en octobre 2013 à la tête de la mairie de Buea, Patrick Ekema s’était illustré sur le terrain comme un acteur important de la lutte contre les séparatistes anglophones dans la région du Sud-Ouest.

Plus d’une fois, il avait fait sceller les boutiques des commerçants qui refusaient d’ouvrir leurs portes à cause des «villes mortes» imposées par les séparatistes.

De même, cette «colombe de la paix», comme l’a baptisé la Crtv, avait mis des taxis à la disposition de la ville lorsque les conducteurs refusaient de rouler de peur des représailles. Il meurt à l’âge de 46 ans.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam