Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, une chaîne TV camerounaise s'est trompée en annonçant le décès imaginaire du président gabonais Ali Bongo

Oui, une chaîne TV camerounaise s'est trompée en annonçant le décès imaginaire du président gabonais Ali Bongo

La réponse est :
Paru le lundi, 29 octobre 2018 16:52

Le chef de l’Etat du Gabon serait décédé en France selon certaines sources médiatiques. Vraiment ?

Dans la nuit du 27 octobre 2018, la chaîne de télévision camerounaise, « Vision 4 » a annoncé au cours d’un programme d’informations que le président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba, serait décédé.

C’est faux et archifaux. D’ailleurs, la chaîne de télévision n’a même pas pu donner une source crédible de cette rumeur, encore moins les détails de cet évènement imaginaire.

Le démenti cinglant est venu du Gabon voisin. En effet, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, porte-parole de la présidence de la République, a lu un démenti formel à la télévision nationale gabonaise, dans la soirée du 28 octobre. Selon Ike Ngouoni Aila Oyouomi, Ali Bongo Ondimba a eu un malaise le mercredi 24 octobre 2018 lors de son séjour à Ryad, en Arabie Saoudite. Le chef de l’Etat gabonais prenait part au Davos du désert aux côté de plusieurs hauts responsables du pays, du Moyen Orient et d’Afrique. Immédiatement, le président de la République a été admis à l’hôpital Roi Fayçal pour y subir des examens médicaux.

« Les médecins qui l’ont consulté ont alors diagnostiqué une fatigue sévère due à très forte activité ces derniers mois tant sur le plan diplomatique que sur les réformes intérieures », a déclaré Ike Ngouoni Aila Oyouomi.

Suite à ce diagnostic, les médecins ont prescrit à Ali Bongo Ondimba, un repos médical. « Il va mieux et se repose dans l’hôpital Fayçal à Ryad entouré de sa famille et de certains de ses collaborateurs », précise le porte-parole.  

S.A

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants