Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Il paraît les anglophones ont réclamé la présidence du Sénat lors de la session parlementaire de mars 2017

Il paraît les anglophones ont réclamé la présidence du Sénat lors de la session parlementaire de mars 2017

Paru le jeudi, 30 mars 2017 07:13

Selon certains, des leaders anglophones auraient clairement indiqué que le Nord-Ouest et le Sud-ouest ne serait plus intéressés par la primature.

La rumeur selon laquelle des leaders anglophones ont réclamé la présidence du Sénat a fait le tour des réseaux sociaux au cours du mois de mars 2017, période au cours de laquelle s’ouvre la session parlementaire.

Suite à cette rumeur, le parlementaire Ali Bachir qui a paricipé aux débats à l’hémicycle, a indiqué au cours d’une émission télévisée le 26 mars que les anglophones n’ont jamais demandé à diriger le Sénat. Mais plutôt le poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale.

En effet, le 24 mars 2017, les députés anglophones ont exigé le remplacement de Hilarion Etong (francophone), le premier vice-président. Mais la motion d’ordre du Social democratic front (Sdf) n’a pas été suivie. En effet, les députés du parti leader de l’opposition ont imposé un arrêt des travaux, le temps de trancher sur ce poste qu’ils voulaient voir échoir à un anglophone.

Pour l’honorable Banadzem et ses camarades du parti, la deuxième personnalité de l’Assemblée nationale devrait être un anglophone si la première est francophone, comme c’est actuellement le cas avec Cavaye Yeguié Djibril (francophone), reconduit au perchoir pour la 47è année d’affilée.

La motion d’ordre du Social Democratic Front n’a rien résolu finalement car, les députés du Sdf n’ont pas été suivis ni par leurs collègues de l’opposition, encore moins les députés d’expression anglaise du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Ali Bachir a expliqué pourquoi les leaders anglophones ne seraient pas tentés par la Chambre haute du parlement actuellement dirigé par Marcel Niat Njifenji. « Je n’ai jamais entendu dire qu’il y a des anglophones qui demandent à être président du Sénat. Je n’ai jamais entendu ça. Je crois qu’un Premier ministre est mieux placé pour résoudre des problèmes de développement », a-t-il affirmé.

Il a ajouté: « Je me souviens, que ce poste de Premier ministre, quand le président de l’Assemblée nationale [feu Fonka Chan Lawrence] était de la zone anglophone, ce sont ces mêmes anglophones qui sont allés trouver le Secrétaire général du comité central du Rdpc et par ricochet le président de la République pour demander la Primature. Et on la leur a donné ».

Sylvain Andzongo

Dernière modification le lundi, 03 avril 2017 05:52

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam