Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, la Communauté urbaine de Yaoundé n'est pas actionnaire du transporteur de masse Stecy SA

Non, la Communauté urbaine de Yaoundé n'est pas actionnaire du transporteur de masse Stecy SA

La réponse est :
Paru le mardi, 30 juillet 2019 15:50

Il paraît que les financements versés par la super-mairie de la capitale camerounaise au sein de la société de transport de masse de Yaoundé font d’elle un actionnaire au sein de Stecy. Vrai ?

La Communauté urbaine de Yaoundé (CUY) est-elle actionnaire de la Société de transports et équipements collectifs de Yaoundé (Stecy SA) ? A cette question, certains sont tentés de répondre : Oui. Et pour cause, cette société lancée le 13 février 2017, est née grâce à un partenariat public-privé entre le groupement portugais Eximtrans Sarl/Irmaos Mota et la CUY, la super mairie de la capitale, Yaoundé. Mais il n’en est rien.

Dans une interview publiée dans la presse ce 30 juillet, Jean Ngougo, 6è adjoint du délégué du gouvernement auprès de la CUY apporte l’éclairage suivant : «la communauté urbaine de Yaoundé n’est pas actionnaire de la Stecy S.A. Par contre, le délégué du gouvernement est coprésident du Conseil d’administration compte tenu des moyens que la Communauté urbaine met à la disposition de la Stecy, car c’est la ville de Yaoundé qui est desservie. Donc, il doit veiller à ce que le transport s’y fasse dans les normes».

Selon le cahier de charges qui lient les parties, le concédant, qui est l’administration, a ses obligations et Stecy qui est le preneur, a aussi les siennes. De ce fait, le partenaire portugais s’était engagé à mettre 150 bus en circulation et à investir 13 milliards de FCFA sur une période de 10 ans. L’État du Cameroun, à travers la Communauté urbaine de Yaoundé, doit verser une subvention annuelle de 1,6 milliard de FCFA. Mais ça ne fait pas de la CUY un actionnaire de la société de transport de masse. Le délégué de la CUY est juste un mandant de l'Etat du Cameroun.

A la question de savoir si les différents partenaires ont tenu, depuis 2017, leurs engagements tels que c’était envisagé au départ, Jean Ngougo répond : « Pas encore pour tout le monde ». Il précise que, les lignes à desservir ne sont pas encore entièrement construites. Pour ce qui est de la CUY, la conjoncture difficile empêche d’honorer les engagements à temps.

S.A

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants