Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Cameroun-FMI : une vingtaine de femmes publiques font pression pour plus de transparence dans la gestion des fonds

Cameroun-FMI : une vingtaine de femmes publiques font pression pour plus de transparence dans la gestion des fonds

Paru le vendredi, 04 juin 2021 14:53

Dans une lettre ouverte à la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, une vingtaine de Camerounaises, se présentant, elles-mêmes, comme des « citoyennes engagées » et « des femmes leaders », se disent « très préoccupées par la gouvernance financière du Cameroun et plus particulièrement par sa relation avec le FMI ».

Cette angoisse vient notamment du fait que les services du FMI ont annoncé, le 27 mai, avoir « achevé les discussions de politique générale avec les autorités sur un nouveau programme de 36 mois qui pourrait être soutenu par des ressources du FMI au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du mécanisme élargi de crédit (MEDC) ». Des sources parlent d’une somme de 375 milliards de FCFA.

Une annonce qui a surpris plus d’un, le Cameroun n’a pas encore respecté tous les engagements de transparence pris dans le cadre de la Facilité de crédit rapide (FCR) où le pays a bénéficié en 2020 d’un financement de 224 milliards de FCFA pour la lutte contre le Coronavirus et ses répercussions économiques (le rapport d’audit indépendant sur la gestion des fonds Covid reste par exemple attendu).

C’est pourquoi les signataires de la lettre ouverte (Alice Nkom, Patricia Tomaino Ndam Njoya, Rebecca Enonchong, Maximilienne Ngo Mbe, Kah Walla…) demandent au FMI de ne verser des fonds supplémentaires que si le Cameroun remplit deux conditions : la réalisation d’un audit des fonds versés au Cameroun de 2017 à 2020 dans le cadre de la FEC (331,6 milliards de FCFA) et dans le cadre de la FCR (224 milliards de FCFA) en 2020 de même que la prise des sanctions, conformément aux lois en vigueur, contre toutes les personnes jugées responsables des détournements de ces fonds.

« Le gouvernement a donné des gages à nos services, que les choses vont bouger avant la présentation du dossier au Conseil d’administration. Les services ne peuvent tout de même pas douter de la parole de tout un gouvernement », a confié à Investir au Cameroun une source au FMI. Elle souligne que l’accord annoncé reste d’ailleurs assujetti à l’approbation du Conseil d’administration du FMI qui devrait se tenir au mois de juin, si l’on en croit la Caisse autonome d’amortissement, gestionnaire de la dette publique du pays.

De son côté, le gouvernement lui-même soupçonne des malversations dans la gestion des fonds Covid. Sur la base d’un rapport préliminaire de la Chambre des comptes de la Cour suprême, le président de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire. Depuis plusieurs ministres et autres hauts responsables sont auditionnés depuis quelques jours au Tribunal criminel spécial.

D.M.

Dernière modification le vendredi, 04 juin 2021 14:54

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.