Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’Institut de recherche agricole pour le développement licencie une dizaine d’employés pour faux diplôme

L’Institut de recherche agricole pour le développement licencie une dizaine d’employés pour faux diplôme

Paru le vendredi, 06 mars 2020 14:45

Le 4 mars dernier, le directeur général (DG) de l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad), Noé Woïn, a licencié onze employés pour faux diplômes. « Les décisions d’engagement des personnels, dont les noms suivent, sont, pour compter de la date de signature de la présente décision, résiliées pour faux diplômes, sans préjudice des poursuites judiciaires », écrit le DG de cette structure basée à Nkolbisson, une périphérie de Yaoundé,

En parcourant la décision du DG, il est clairement indiqué que l’Irad a introduit des requêtes auprès du ministère des Enseignements secondaires (Minesec) pour des besoins d’authentification des parchemins de certains de ses employés sur la sellette. Le 17 janvier 2020, le Minesec s’est prononcé sur le cas de ces 11 employés soupçonnés d’être détenteurs de diplômes frauduleux. La sanction de l’Irad est survenue plus d’un mois après.

Le phénomène des faux diplômes n’est pas nouveau dans les organismes et établissements publics au Cameroun. En témoignent les différents scandales qu’on a parfois observés dans les administrations publiques lors des contrôles. En 2016, par exemple, ce sont 232 agents d’Elections Cameroon qui ont été épinglés pour faux diplômes. En 2009, la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) a engagé le contrôle des diplômes de ses employés. 1 296 parchemins ont été authentifiés et 50 faux documents ont été détectés.

Néanmoins, la Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger (CNE) note que le phénomène connaît une tendance baissière. Au cours d’une récente session ordinaire de la CNE, à Yaoundé, l’on a appris que la proportion du nombre des diplômes non authentiques est très faible par rapport à celle des diplômes authentiques. « D’une session à l’autre, on peut avoir 40 faux diplômes sur un ensemble de 600 », a indiqué la Commission.

Sylvain Andzongo

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam