Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Sans bourse depuis un, deux voire près de 3 ans, des étudiants camerounais en détresse en Algérie

Sans bourse depuis un, deux voire près de 3 ans, des étudiants camerounais en détresse en Algérie

Paru le jeudi, 08 avril 2021 08:30

Des étudiants camerounais en Algérie ont saisi le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop), Issa Tchiroma Bakary, aux fins du paiement de leur de bourses d’études, soit 50 000 FCFA par mois et par étudiant. Une somme que doit payer le gouvernement camerounais au titre de « compléments de bourse ». Dans une correspondance datée du 20 aout 2020, ces étudiants des promotions 2017, 2018 et 2019 affirment n’avoir pas perçu ledit complément depuis plus d’un an, pour les uns, deux ans pour d’autre et près de 3 ans pour certains.

Concrètement, la promotion 2017 cumule 20 mois sans paiement, 30 mois pour ceux de la promotion 2018 et 18 mois pour ceux de 2019. « Notre situation d’étudiants devient de plus en plus difficile face à cette situation de crise que subit le monde et qui rend le coût de la vie encore plus élevé (…). Financièrement, nous sommes paralysés et nous estimons que vous êtes notre seul recours », supplient-ils.

Malgré les démarches entreprises, d’abord auprès de l’ambassade du Cameroun en Algérie, la situation n’a pas changé. L’un de ces étudiants explique sous anonymat : « nous nous sommes rapprochés du percepteur de l’ambassade, sans suite. Nous avons envoyé une lettre au ministre en 2020, sans suite. Jusqu’à ce que nos conditions de vie soient de plus en plus difficiles malgré les efforts du nouvel ambassadeur ». Contactés par SBBC, les services du Minefop n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Cameroun et l’Algérie, le gouvernement d’Alger met à la disposition des jeunes camerounais titulaires du baccalauréat, via le Minefop, des bourses d’études dans les domaines aussi variés que le bâtiment et les travaux publics, l’électricité et l’électronique, l’industrie agroalimentaire, ou encore l’informatique, etc.

Les bourses comportent l’hébergement, la restauration et un appui financier mis à disposition conjointement par les gouvernements algérien et camerounais. Pour ces étudiants, le gouvernement camerounais n’a pas respecté cet engagement depuis de nombreux mois.

L.A.

Dernière modification le jeudi, 08 avril 2021 10:13

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.