Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Whisky en sachet : basée à Douala, l’entreprise Star Menchum accusée de contrefaçon

Whisky en sachet : basée à Douala, l’entreprise Star Menchum accusée de contrefaçon

Paru le vendredi, 09 juillet 2021 09:07

Un communiqué de la Fondation des consommateurs du Cameroun (Focaco), une organisation de protection des droits des consommateurs, publié le 6 juillet, accuse le fabricant de whisky en sachet Star Menchum de contrefaçon. L’entreprise basée à Douala a mis en début d’année 2021 sur le marché un whisky dénommé Bulleit. Et pour la Focaca, il s’agit de la copie de la marque Bullet.

« Cette entreprise (Star Menchum NDLR) a introduit sur le marché en ce début d'année 2021 un nouveau whisky en sachet dénommé Bulleit, une contrefaçon dangereuse de la marque originale  Bullet qui est une boisson alcoolisée en canette de 250 ml, 18 degré, faite à base du "Vodka mixed drink" et produite par l'entreprise Sun Mark LDT située à Greenford au Royaume-Uni comme le renseignent les données reçues via le scan du code-barres », fait savoir le communiqué signé du président exécutif de la Focaco, Alphonse Ayissi Abena.

En plus de la contrefaçon, l’association de consommateur accuse également l’entreprise d’enfreindre l’arrêté conjoint nº 6011 Minmidt/Mincommerce/Minsante du 12 septembre 2014. Ce texte interdit la commercialisation des whiskies en sachet au Cameroun pour des raisons de santé publique.

Ce n’est pas la première fois que les deux parties se déchirent. En 2020, le directeur de Star Memchum, l’indien Chalapaka Balavinayak, avait déposé une plainte au Tribunal de première instance de Douala contre la Focaco pour propagation de fausses nouvelles. À cette époque, l’association accusait déjà l’entreprise de violer l’arrêté la commercialisation des whiskies en sachet.

Pour sa défense, la société avait indiqué avoir obtenu en 2018 une autorisation « spéciale » du gouvernement pour fabriquer et à commercialiser ses boissons au Cameroun jusqu’en 2022. Malgré l’interdiction en vigueur depuis 2014, l’activité continue de se faire au vu et au su de tout le monde y compris des autorités qui jusqu’ici sont restées muettes sur la question. 

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.