Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Matériaux de construction, denrées alimentaires… : le gouvernement prépare les esprits à une hausse des prix homologués

Matériaux de construction, denrées alimentaires… : le gouvernement prépare les esprits à une hausse des prix homologués

Paru le mardi, 14 septembre 2021 11:01

Alors qu’une flambée des prix s’observe sur les marchés du Cameroun depuis des mois, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (photo), a fait plusieurs sorties médiatiques ces derniers jours avec ce massage : « d’autres ajustements de prix ne sont (…) pas à exclure dans le futur, notamment dans le secteur des matériaux de construction, secteur dont la dernière homologation des prix remonte de dix ans en arrière au moins, dans un contexte diamétralement différent ».

C’est que, explique le ministre dans les colonnes du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune du 14 septembre, « nous assistons effectivement depuis la survenance de la pandémie du covid-19 à une dérégulation sans précédent des chaines d’approvisionnement des marchés internationaux, dérégulation caractérisée notamment par une disposition moindre des produits, (…) aggravée par une explosion des coûts de facteurs ».

« Entre fin 2019 et la période actuelle, les taux de fret ont augmenté de 166% », pointe le ministre. À cela, il faut ajouter une hausse de prix de certains produits sur le marché international. « Entre janvier et juin 2021, les prix du clinker, du fer à béton et du gypse ont fait un bond respectif de 100 %, 95,54 % et 60 % par rapport à la même période en 2020, tandis que ceux du blé, du soja et du maïs se sont accrus de 31,6 %, 73 % et 98,4 % et que le coût du fret maritime a été multiplié par trois », illustre le ministre. 

La plus grande progression s’enregistre sur les produits alimentaires

Cependant, rassure le ministre, « tout sera entrepris par le gouvernement et nos partenaires du secteur privé pour limiter au strict minimum ces éventuels ajustements et préserver notre marché de tout risque de pénurie, en particulier des produits alimentaires ».  

« Comparativement au 1er trimestre 2021, les prix à la consommation finale ont augmenté de 0,8% au 2e trimestre 2021. Par rapport au 1er semestre 2020, le niveau général des prix a connu une hausse de 2,0% au 1er semestre 2021 (cette hausse était de 2,5% il y a un an). En moyenne sur les douze derniers mois, le niveau général des prix progresse de 2,2% en fin juin 2021 », peut-on lire dans le dernier rapport l’Institut national de la statistique (INS).

Et d’après l’INS, de nombreux produits de grande consommation sont concernés par cette augmentation des prix. « Cette hausse a été surtout alimentée par le regain des prix des produits alimentaires (+3,7% après +3,2% en fin juin 2020), du fait principalement de la flambée des prix des fruits (+6,0%), des légumes (+6,9%), des pains et céréales (+5,1%) ainsi que des huiles et graisses (+3,4%). Les prix de certains produits alimentaires de grande consommation ont augmenté, notamment : le riz, le maïs séché, la farine de blé, le poisson frais, le maquereau congelé, la viande de bœuf, la volaille, les œufs, la banane plantain, les pommes de terre, la patate douce, le manioc frais en tubercules, les huiles brutes, les agrumes (citron, orange), la banane douce, la papaye et la tomate fraîche ».

Ludovic Amara

Dernière modification le mardi, 14 septembre 2021 11:04

● E-Arnaques


● Fact Cheking




A la rencontre de Jean David Nkot, artiste plasticien (part 1)

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.