Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
En vue de booster ses recettes non fiscales, le Cameroun va revoir son régime des forêts et de la faune

En vue de booster ses recettes non fiscales, le Cameroun va revoir son régime des forêts et de la faune

Paru le mercredi, 14 octobre 2020 19:51

Le ministère des Forêts et de la Faune (Minfof) envisage de collecter 764 millions de FCFA de recettes non fiscales entre 2020 et 2021. Dans le détail, quatre recettes ont été identifiées, dont les plus élevées en termes de prévisions sont les recettes des services de l’environnement et des forêts (370 millions en 2020 et 2021) et les produits et amendes, transactions dommages et intérêts du Minfof (370 millions en 2020 et 2021).

Les autres produits et profits divers et visites des musées (15 millions en 2020 et 2021), expositions, sites et monuments historiques, parcs nationaux (9 millions en 2020 et 2021) sont les taxes recouvrées par ce département selon des volumes prévisionnels moins élevés.

Le ministère des Forêts compte aussi exploiter d’autres niches à l’avenir. À commencer par la taxe d’abattage, qui date de la loi de finances 1996. Seulement, estime le Minfof, certaines espèces ont plus de valeur aujourd’hui étant donné la baisse de leur population tandis que cette taxe reste faible au Cameroun comparativement à d’autres pays africains. C’est aussi le cas de nombreuses autres taxes telles que les droits d’entrer dans les parcs nationaux, la taxe de capture entre autres.

Au cours des prochains exercices, le Minfof compte actualiser la loi n° 92/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts et de la faune en vue de mieux l’adapter au nouvel environnement économique. Sans oublier de développer les niches de recettes sur les sanctions relativement au Compte d’affectation spécial-forêt.

S.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.