Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Extrême-Nord : Des projets pour reconstruire Amchidé et Limani, détruites par la guerre

Extrême-Nord : Des projets pour reconstruire Amchidé et Limani, détruites par la guerre

Paru le mardi, 23 mars 2021 17:31

Victime de la guerre depuis près de 7 années, les villes de Amchidé et Limani essayent de se reconstruire à travers plusieurs projets. Infrastructure, agriculture, électricité et éducation sont les domaines prioritaires de la relance, entreprise dans le cadre d’un projet mené par l’Etat et ses partenaires.

Le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary a fait savoir que plusieurs projets étaient en cours dans le cadre de la reconstruction des villes sinistrées par la guerre contre la secte Boko Haram, notamment Amchidé et Limani.

C’était le 19 mars dernier lors d’une réunion du Comité de pilotage du projet de facilité régionale de stabilisation du bassin du Lac Tchad. Un projet mis en œuvre par plusieurs partenaires du Cameroun dont le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), représenté à la réunion qui a eu lieu à Maroua. « Le commissariat de police de Amchidé  est en cours de finition. Il y a avait également les Douanes, un poste forestier qui vient d’être achevé. Le Minader (Ministère de l’Agriculture et du Développement rural, NdlR) est notre partenaire principal pour les formations et les dotations en équipement pour les groupements agricoles. Nous sommes en train de faire énormément de forages ; nous sommes en train de poser des panneaux solaires », a cité un responsable du PNUD, chef de l’unité de stabilisation.

Par ailleurs, d’autres projets notamment ceux en rapport avec l’électrification des deux villes sont engagés. Le PNUD a lancé en début de mois un appel pour une demande de prix pour l’installation de mini centrale solaire.

Les projets sont dans le cadre de la « facilité régionale de stabilisation du bassin du Lac Tchad - Fenêtre du Cameroun », initiée en 2019. Les zones concernés par ce projet, dont l’enveloppe s’élève à 12 milliards de FCFA, sont les départements du Mayo Tsanaga, Mayo Sava et Logone et Chari qui ont payé le plus lourd tribut aux exactions de cette secte depuis 2014.

Cependant, le gouverneur s’est quelque peu inquiété quant aux retards dans l’exécution les travaux à de certains projets. « Nous fustigeons les sociétés qui parfois gagnent des marchés et tardent à les exécuter », a-t-il déclaré en prenant soin d'exhorter les partenaires à plus de rigueur dans le choix et le suivi des prestataires.

Bien que la menace terroriste ne soit pas complètement éloignée, les villes reprennent peu à peu vie à travers les activités socio-économiques. Il s’agit à terme de redonner à ces cités leurs couleurs d’avant-guerre. Même si pour certains le traumatisme psychologique et les âmes de milliers de morts hanteront à jamais la localité.

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.