Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Patronat : le Gecam demande aux entreprises de respecter la Charte de protection des enfants en ligne

Patronat : le Gecam demande aux entreprises de respecter la Charte de protection des enfants en ligne

Paru le mardi, 30 janvier 2024 17:11

Le Groupement des entreprises du Cameroun (Gecam), la centrale patronale née de la fusion entre le Groupement inter-patronal et Entreprises du Cameroun (Ecam), commande à ses adhérents de se conformer aux exigences de la Charte de protection des enfants en ligne. « Le secteur privé qui joue un rôle prépondérant dans le développement de la société est particulièrement convoqué dans ce texte », écrit Aline Valérie Mbono, la directrice exécutive du Gecam dans une correspondance datée du 19 janvier adressée aux patrons.

Dans cette charte sur la protection des enfants en ligne toute une section est réservée au rôle du secteur privé. On apprend par exemple que « les entreprises qui développent ou proposent de nouveaux produits et services technologiques doivent aider leurs utilisateurs, en particulier les enfants, à comprendre le fonctionnement et à maîtriser l’utilisation appropriée ».

Sanctions

En réalité, la majorité des obligations contenues dans cette loi concerne les fournisseurs d’accès à Internet, les fournisseurs de contenus, les exploitants des systèmes d’information ou même encore les promoteurs des réseaux sociaux. « Les responsables du traitement des données ou leurs sous-traitants sont tenus de respecter la règlementation en vigueur en matière de protection des droits des enfants », comme on peut le lire dans cette charte.

Cette dernière prévoit aussi des sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas les obligations de cette charte. Tout fournisseur de contenus qui laisse prospérer des contenus portant atteinte à la dignité et à l’intégrité des enfants dans les réseaux sociaux de communications électroniques ou les écosystèmes d’information dont il a la charge est puni d’une amende de 25 millions à 250 millions de FCFA.

En rappel, la Charte de protection des enfants en ligne votée au Parlement a été promulguée par le président de la République le 25 juillet 2023.

Michel Ange Nga   

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.