Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?

Oui, l’expression «petit parti» utilisée par le président Paul Biya a une signification précise

Paru le lundi, 02 mars 2020 09:45

Le 9 février 2020, le président camerounais, Paul Biya, a accordé une interview au sortir d’un bureau de vote à Yaoundé, où il était inscrit comme électeur. Ceci dans le cadre des municipales et législatives. Le chef de l’Etat a utilisé le terme «petit parti» pour dénoncer les partis politiques qui appelaient au boycott de ces élections locales. D’aucuns ont alors cru que l’expression «petit parti» était un camerounisme. Que nenni.

C’est une expression consacrée dans le jargon politique. A preuve, deux auteurs français, Annie Laurent et Bruno Villalba ont publié chez L’Harmattan en mai 2000, un ouvrage intitulé Les petits partis : de la petitesse en politique.

Selon ces auteurs, «le petit parti, du point de vue des candidatures, a deux définitions. La première s’appuie sur l’offre électorale ; la seconde repose sur l’inégale capacité à négocier des accords électoraux», lit-on dans l’ouvrage. On dira donc d’un parti qu’il est petit s’il n’est pas capable de présenter, régulièrement et un grand nombre de lieux, des candidats. «Cette définition, très stricte du point de vue des conditions exigées met l’accent sur deux aspects importants qui permettent de distinguer les petits des autres (les grands, les éphémères) : d’une part l’idée de régularité, d’autre part, celle d’une présence dans un grand nombre de lieux», écrivent les auteurs.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le lundi, 02 mars 2020 10:10

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.