Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?

Non, le ministre de la Fonction publique n’a pas créé un centre d’examen pour le « Grand-Nord »

Paru le jeudi, 08 octobre 2020 15:35

32743 sbbc copy

Un « arrêté » attribué au ministre de la Fonction et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph Lé, datant du 6 octobre 2020, est en circulation dans les réseaux sociaux. Le document a pour intitulé « ouverture d’un deuxième centre pour les concours précédemment connu (SIC) comme concours à centre unique (Yaoundé) pour faciliter aux camerounais (SIC) du grand nord (SIC) de composer à Garoua ».

À la seule observation de l’intitulé de cet arrêté, il n’y a pas de doute qu’il s’agit d’un faux document. Et pour cause, les fautes de grammaire et d’orthographe signalées plus haut par les mentions (SIC) inclinent à penser qu’il s’agit d’un fichier rédigé avec beaucoup de légèretés. Ce qui n’est pas la coutume dans l’administration publique.

Toujours dans cet intitulé, il y a l’usage de « grand nord » qui est suspect. C’est une curiosité, car l’utilisation de cette expression n’est pas courante dans les documents administratifs. En outre, la partie septentrionale est représentée par trois régions : l’Extrême-Nord avec pour chef-lieu Maroua, le Nord avec pour capitale Garoua, et l’Adamaoua avec pour chef-lieu Ngaoundéré. Par conséquent, si un document administratif veut désigner l’une de ces régions, cela se fait sans ambiguïtés sans passer par le raccourci « Grand-Nord ».

Autre curiosité : le titre du membre du gouvernement. Il est écrit : « le ministre de la Fonction publique et de la Forme administrative » en lieu et place de ministre de la Fonction et de la Réforme administrative. Ce qui est une preuve de faux, car une administration ne peut pas se tromper à ce point sur le titre d’un ministre dans un document censé être officiel.

Un autre élément et non des moindres c’est l’entête du pseudo arrêté. Il n’y a pas le logo du ministère. En plus, il y a absence de la version anglaise de « La République du Cameroun » et celle de la devise « Paix-Travail-Patrie ». Ce qui est en contradiction avec l’orthodoxie d’un document administratif au Cameroun.

Enfin, au bas du faux document, le visa attribué aux services du Premier ministre comporte une grossière faute : « Services du Prettier [SIC] ministre ».

Contacté, les services du ministère de la Fonction publique confirment qu’il s’agit bel et bien d’un faux arrêté ministériel.

Sylvain Andzongo

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.