Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?

Non, un appel téléphonique provenant du +264866699666 ne vous tuera pas

Paru le mardi, 16 juin 2020 12:01

Un message, partagé depuis quelques jours via WhatsApp au Cameroun, affirme que « 11 personnes sont mortes » la veille, à Yaoundé, après avoir reçu un appel provenant du numéro « + 264 866 699 666 » portant l’indicatif téléphonique de la Namibie. Selon le texte, les victimes sont décédées frappées de « la marque 666 », chiffre symbolique décrit dans le livre de l’Apocalypse de la Bible (Jean chapitre 13, verset 18) comme le « nombre de la bête ». Beaucoup de gens associent généralement cette suite de 6 au diable.

Le message se lit comme suit : « Bjr (Bonjour). Si ce numéro t’appelle, ne décroche pas + 264 866 699 666, car à cause de ce numéro, 11 personnes sont mortes hier à Yaoundé en laissant la marque 666. Stp (s’il te plaît), envoie-le à toutes tes connaissances. Transmis tel que reçu. Je l’ai fait pr (pour) toi, ne dis pas que tu n’as pas le temps. Fais-le pour sauver les autres ». En réalité, il s’agit d’un hoax, terme anglais utilisé pour désigner un canular. Ce message avait déjà circulé l’année dernière au Cameroun, tel que le rapporte cet article publié le 12 février 2019 sur SBBC.

Ce n’est pas la première fois qu’une rumeur selon laquelle certains numéros de téléphone portable provoqueraient la mort subite de ceux qui répondent à l’appel circule dans le pays. En juin 2019, un message similaire sur WhatsApp invitait les Camerounais à ne pas décrocher le numéro « 665 666 666 » qui venait de « tuer plusieurs personnes à Melong », une localité du département du Moungo, dans la région du Littoral. Ce type de canular apparaît pour la première fois au Cameroun en décembre 2012.

Cette année-là, un SMS émanant d’un numéro masqué met en garde les utilisateurs de téléphone portable par rapport à la réception d’appels téléphoniques émis à partir d’un mystérieux numéro de téléphone commençant par +229 (indicatif téléphonique du Bénin). Ces appels entraineraient le décès de ceux qui les reçoivent, selon le message. Le gouvernement camerounais a démenti cette rumeur « aussi invraisemblable qu’infondée ». Il a assuré l’opinion publique qu’il n’était techniquement pas possible de tuer des gens par un appel téléphonique, comme on peut le lire ici et ici.

Patricia Ngo Ngouem

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.