Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?

Non, ceci n'est pas une conversation WhatsApp du préfet de Kumba

Paru le vendredi, 30 octobre 2020 14:26

Une capture d’écran d’une conversation WhatsApp attribuée à Chamberlain Ntouo Ndong, préfet du département de la Mémé, dans le Sud-Ouest du Cameroun, est en circulation sur les réseaux sociaux. La capture d’écran a fait son apparition au lendemain du massacre de huit élèves, le 24 octobre 2020, au Complexe scolaire « Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango » à Kumba, dans le Sud-Ouest.

Sur cette capture d’écran, l’on peut lire : « Commandant, je suis sûr que vous comprenez maintenant pourquoi, lorsque je donne des instructions, cela doit être fait de cette façon. Il est désormais clair pour la population que ce n’était pas les Ambazoniens. J’ai spécifiquement indiqué que seul ce professeur devait être abattu. C’était le moyen le plus simple de l’épingler sur ces gars-là. Vous devez résoudre ce problème ».

Pour certains, ce message WhatsApp est la preuve qu’il s’agit un message personnel du préfet de la Mémé. Ce dernier aurait écrit à un certain « commandant » pour lui donner l'ordre d'aller commettre un forfait à Fiango et faire porter le chapeau aux séparatistes appelés « Ambazoniens ». Le supposé commandant répond sur la capture d’écran : « je suis désolé monsieur le préfet ».

En examinant cette photo, il apparaît sans l’ombre d’un doute qu’il s’agit d’un Fake. Car, le numéro attribué au préfet (+23777534386) apparaît sur une conversation qu’il est censé avoir avec une autre personne. Pourtant, dans la présentation normale d’une conversation WhatsApp, c’est le numéro ou le nom de son correspondant qui devrait apparaître non le propre numéro de l’expéditeur comme on peut l’observer à l’écran.

34623 la socit immobilire convoque les entreprises adjudicataires

Par ailleurs, le numéro d’abonné MTN pourrait être effectivement celui du préfet mais, il lui manque le préfixe « 6 » car tous les numéros de téléphone mobile au Cameroun commencent avec le chiffre « 6 » depuis le passage à neuf chiffres depuis le 21 novembre 2014. A l’évidence, le numéro de téléphone sur la capture d’écran n’a pas été actualisé au moment du montage de la conversation fictive.

L’auteur de ce montage a sans doute utilisé une application comme « Fake Chat Maker » qui permet de créer de façon presque authentique des fausses conversations comme cela est expliqué sur ce lien : https://wanda-techs.com/astuces-whatsapp/une-application-pour-creer-des-fausses-conversations-whatsapp/.

Grâce à cette application, il est possible de créer des faux contacts WhatsApp avec des fausses images de profil.

Sylvain Andzongo

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.