Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Code électoral : des partis de l’opposition veulent soumettre une loi électorale modifiée et un code alternatif au Parlement  

Code électoral : des partis de l’opposition veulent soumettre une loi électorale modifiée et un code alternatif au Parlement  

Paru le jeudi, 01 juillet 2021 12:06

Des leaders de partis de l’opposition se sont réunis cette semaine à Yaoundé pour se pencher à nouveau sur un draft de nouveau code électoral. D’après un compte rendu fait par Felix Nyeck, cadre du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), dont le leader est Cabral Libii était présent à la rencontre (la troisième du genre depuis mars dernier), les participants ont planché sur « l'adoption définitive de deux propositions de code électoral dont l'une porte sur les modifications de l'actuel et l'autre sur la proposition d'un code alternatif ». Pour les porteurs de cette initiative, la suite consistera en la « rencontre de toutes les institutions impliquées dans la procédure dans le but d'obtenir, dans le cadre d'un échange démocratique et républicain, leur adhésion à cette initiative importante ».

Axel Ebe, l’un des vice-présidents du PCRN, confirme les discussions du mardi 29 juin à Yaoundé, où étaient également présents le Social Democratic Front (SDF) représenté par Joshua Osih ; le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, l’Union démocratique camerounaise (UDC) de Tomaïno Ndam Njoya ; l’Union des mouvements socialistes (UMS) de Pierre Kwemo ; l’United Socialist Democratic Party (USDP) de Prince Ekosso et le Mouvement progressiste de Jean Jacques Ekindi.

« Nous allons déposer une proposition de loi purement et simplement, affirme Axel Ebe. Avant cela, nous allons effectivement rencontrer toutes les institutions qui sont compétentes sur la question ». Ainsi, la Coalition citoyenne pour le Cameroun (COACIC) et le Centre africain pour le Droit et le Développement (CADEV) ont été mis à contribution. « Tous les rendez-vous n'ont pas encore été calés, ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Pour l'instant notre objectif c'est de produire un document (ou 2) cohérent, et cela prend du temps », temporise-t-il.

La dernière étape devrait alors consister au « dépôt devant les bureaux des deux Chambres du Parlement, d’une proposition de loi portant modification du code électoral afin d'obtenir des patrons des lieux, son inscription à l'ordre du jour aux plénières », espère Felix Nyeck. Pour cela, ce groupe de travail devrait s’appuyer sur le SDF, l’UDC, et l’UMS, des partis politiques représentés au Parlement.

Formé en mars 2021, le groupe cité supra avait lancé un appel à contribution pour des propositions de modification du code électoral. Le secrétariat technique de ce groupe revendique une centaine de propositions reçues. Du côté du parti au pouvoir, on rejette d’ores et déjà l’initiative, arguant qu’en l’état l’actuel, le code électoral ne posait pas de problèmes.

Ludovic Amara

Lire aussi:

Des partis de l’opposition manœuvrent pour peser sur la réforme du système électoral

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.