Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Parlement panafricain : succession houleuse du Camerounais Nkodo Dang

Parlement panafricain : succession houleuse du Camerounais Nkodo Dang

Paru le mercredi, 02 juin 2021 12:50

« No rotation, no voting, no election. Simple! (pas de rotation, pas de vote, pas d’élection. C’est simple !) ». Ce coup de gueule a été poussé par la députée africaine Barbara Rwodzi mardi dernier à la tribune du Parlement panafricain, à Midrand en Afrique du Sud. L’élue de nationalité zimbabwéenne a pris la tête de la fronde contre un successeur francophone au Camerounais Roger Nkodo Dang (photo). Ce dernier va céder le perchoir de l’assemblée africaine après deux mandats successifs de trois ans (2015-2021).

« La question de la rotation géographique en ce qui concerne la présidence du Parlement panafricain est une question qui est devenue un problème pour tous les élus. Cette question a été discutée, débattue et délibérée depuis 2015 », explique Barbara Rwodzi qui a empêché le vote du mardi 1er juin dernier en s’emparent de l’urne des mains de Roger Nkodo Dang. Elle ajoute que depuis 2015, les pays francophones rassurent leurs collègues anglophones que la prochaine fois, après trois ans, ils baliseront le chemin pour un président anglophone de l’instance. « Cela s’est passé en 2015. Cela s’est passé en 2018. Et en 2021, ils veulent encore le faire », se désole la parlementaire. Aussi a-t-elle pris la tête d’un groupe de 4 élus, issus en majorité des pays de l’Afrique australe, pour faire respecter la rotation géographique.

Plusieurs élus menés par les parlementaires de l’Afrique australe tentent de faire passer la candidature de la Zimbabwéenne Fortune Charumbira, qui est opposée à la Malienne Haïdara Aïchata Cissé. Une première élection avait déjà échoué la semaine dernière. C’est par la force que l’élection a été empêchée cette fois.

Ce qui a poussé Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, a demandé la suspension des travaux de l’institution pour un mois afin de créer les conditions d’un processus électoral calme. Car le haut dirigeant africain regrette que les évènements de Midrand renvoient « une mauvaise image du parlement, et conséquemment, de l’Union africaine ».

Il est à noter que la présidence du Camerounais Nkodo Dang avait été entachée de nombreux conflits et scandales. Des députés de pays anglophones, emmenés par le Sud-Africain Julius Malema reprochant, entre autres, au président du parlement son favoritisme et son train de vie dispendieux.

Ludovic Amara

Dernière modification le mercredi, 02 juin 2021 12:52

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.