Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Massacre de Kumba : Les obsèques des victimes débutent le jeudi  5 novembre

Massacre de Kumba : Les obsèques des victimes débutent le jeudi 5 novembre

Paru le mardi, 03 novembre 2020 12:19

Les obsèques des enfants tués lors du massacre de Kumba sont prévues ce weekend. L’information est donnée par le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji qui s’est rendu sur le lieu du drame ce lundi 2 novembre 2020. Selon programme arrêté de commun accord avec les familles, la levée des corps de ces écoliers aura lieu le jeudi 5 novembre prochain à la morgue de l'hôpital du district de Kumba. Elle sera suivie d'un service funéraire, après quoi les corps seront transportés vers les différentes destinations pour être enterrés.

En prélude à ce programme, ministre Atanga Nji a tenu à rencontrer les familles des victimes pour leur apporter réconfort du chef de l’Etat. « Nous sommes arrivés ici après la célébration du deuil national, pour consoler les familles endeuillées et leur apporter le geste du chef de l’Etat. Nous sommes venus à leur rencontre pour les aider dans les préparatifs liés aux obsèques de leurs enfants », a expliqué le Minat. L’assistance financière du gouvernement a ainsi été remise à ces familles endeuillées. Cet appui remis à main propre par le Minat leur permettra d’organiser les obsèques.

Samedi 31 octobre, le pays a observé une journée de deuil national en la mémoire de ces sept enfants tués par balles le 24 octobre dernier au complexe scolaire « Mother Francisca International Bilingual Acadamy » à Fiango, dans la ville de Kumba au Sud-Ouest du Cameroun. Le président camerounais a instruit l’ouverture d’une enquête pour retrouver les auteurs de ce crime. Les soupçons se portent vers une des milices sécessionnistes qui sévissent dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. « Je suis persuadé que les enquêtes prescrites par le président de la République donneront de bons résultats. Je suis également convaincu de ce que la justice divine existe. Ceux qui ont perpétré cet acte odieux et les commanditaires qui sont à l’étranger seront rattrapés tôt ou tard par la justice des hommes et celle de Dieu », a déclaré le ministre Atanga Nji.

BE

 

Dernière modification le mardi, 03 novembre 2020 13:57

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.