Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
À 4 ans de la présidentielle, le ministre Eyebe Ayissi ouvre le débat sur la candidature de Paul Biya

À 4 ans de la présidentielle, le ministre Eyebe Ayissi ouvre le débat sur la candidature de Paul Biya

Paru le mercredi, 03 novembre 2021 08:42

Citoyens actifs du Cameroun (CAC), un parti politique locale, a lancé une pétition contre le nouvel appel des élites du département de la Lékié pour une éventuelle candidature de l’actuel président de la République, Paul Biya, à l’élection présidentielle prévue en 2025.

« Le samedi 30 octobre 2021 à Monatélé, notre attention s’est portée sur une banderole annonçant “le soutien de la Lékié à une éventuelle candidature du potentiel candidat Paul Biya à l’élection présidentielle de 2025 ’’ », écrit le président de CAC le 1er novembre.

Justement, la « motion de soutien, de déférence et d’encouragement » adressée au président de la République à l’issue de l’installation des responsables locaux nouvellement élus du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti présidentiel, ne fait nullement allusion à un appel à la candidature du président réélu en 2018 pour un mandat de 7 ans.

Tout au plus, ses signataires, dont le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières et figure de proue du parti dans ce département voisin de la capitale du pays, Henri Eyebe Ayissi, encouragent le président national du RDPC « à poursuivre l’œuvre de modernisation et de rajeunissement du RDPC », le parti au pouvoir.

Poursuite de l’œuvre de modernisation

Même si la démarche pour une éventuelle candidature de Paul Biya en 2025 n’a pas reçu une onction officielle, pour autant Henri Eyebe Ayissi, en patron politique du département, ne s’en désolidarise pas. Et pour qui connait l’attachement de ce département au président de la République, l’initiative n’est pas anodine ; surtout qu’elle survient alors qu’un mouvent appelant à la candidature de Franck Biya, le fils aîné du chef de l’Etat, à la même élection à vue le jour.

L’observateur attentif de la scène politique se rappelle d’ailleurs que le premier appel à la modification de la Constitution de 2008 afin de permettre au président en fonction de se représenter est parti de la Lékié à l’initiative de Henri Eyebe Ayissi. Il se retrouve également aux avant-postes lors des appels la candidature de Paul Biya en 2011 et en 2017. Et privilège rare, Paul Biya a visité à deux reprises ce département très souvent bien représenté au sein du gouvernement.

Droit inaliénable

Bien sûr, CAC reconnait « le droit inaliénable à tout Camerounais quel que soit son bord politique et qui jouit pleinement de ses facultés mentales et physiques ainsi que de ses droits civiques et moraux à prétendre à un tel magistère ». Mais pour son président, une telle initiative « participe d’une nouvelle tentative d’instrumentalisation politique de certains caciques du RDPC dans la Lékié ».

« Au regard des réalités sur le terrain, le constat amer est que les populations de la Lékié sont prises au piège “d’une élite” prédatrice, jalouse de ses prébendes personnelles, pourfendeuse d’une jeunesse pourtant réputée dynamique », s’offusque la pétition.

« L’appel solennel de la Lékié à Monatélé pour un consensus national en vue de la candidature du président Paul Biya à l’élection présidentielle de 2025, sous la férule du ministre Henri Eyebe Ayissi, est en droite ligne avec la longue tradition d’amitié qui lie ce département au président », rétorque Julien Nga Ebede, autorité traditionnelle et conseiller municipal à la commune de Monatélé. Surtout, il rappelle que l’expérience et le doigté de Paul Biya sont salués par l’initiateur de l’appel et reconnus aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Cameroun.

Dominique Mbassi

Dernière modification le mercredi, 03 novembre 2021 08:45

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.