Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Polémique autour de l’ouvrage « Le fédéralisme communautaire » du député Cabral Libii

Polémique autour de l’ouvrage « Le fédéralisme communautaire » du député Cabral Libii

Paru le mercredi, 03 novembre 2021 12:11

L’avocat et ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun, Charles Tchoungang, demande au président de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), l’ancien Premier ministre Peter Mafany Musonge, d’interdire la publication de l’ouvrage « Le fédéralisme communautaire » dans une correspondance datée du 1er novembre 2021.

L’ouvrage, à paraître le 17 novembre prochain, est porté par le député à l’Assemblée nationale Cabral Libii et non moins président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), qui s’est classé 3è à l’élection présidentielle d’octobre 2018 et a réussi une percée lors des élections législatives et municipales de février 2020.

L’ancien bâtonnier reconnaît que sa démarche est quelque peu inappropriée, mais il la juge nécessaire. L’avocat trouve inacceptable « qu’un parti politique puisse proposer à notre pays d’adopter une structure complètement absurde ». « Un concept contradictoire qui exclut la réalité et attise les haines, les passions et le tribalisme » dans la mesure où, se convainc-t-il, le fédéralisme communautaire « suppose que la fédération devient un instrument constitutionnel qui accepte le communautarisme ».

Fédéralisme à 250 Etats

Il assimile le fédéralisme communautaire prôné par le PCRN à une juxtaposition « des structures super communautaires pour créer des États dans lesquels on va plaquer des communautés pour en faire un fédéralisme où on aura un fédéralisme à 250 Etats ». Un chiffre qui correspond au nombre d’ethnies que compte le Cameroun.

Or, Me Charles Tchoungang rappelle que « l’Etat que le multiculturalisme promeut, c’est celui-là qui fait en sorte que nos richesses culturelles rassemblent, c’est la puissance de notre pays ». Du coup, « quand l’ouvrage a pour but de diviser la nation, la nation a le devoir de s’opposer à la production d’un tel ouvrage », assène-t-il en fin de compte.

Cette sortie, assimilée par d’aucuns à un réquisitoire contre le fédéralisme communautaire, a aussitôt suscité une vive controverse. Au PCRN, on refuse de prêter le flanc à la polémique avant la parution de l’ouvrage, laissant le soin à d’autres d’apporter la contradiction à l’ancien bâtonnier.

Musellement d’un entrepreneur politique

« Je n’ai jamais entendu un homme de droit préconiser le musellement d’un entrepreneur politique, sous le bien-pensant prétexte que ses idées sont subversives, contraires à l’idéal de la République », s’offusque un internaute. Pour ce dernier, parler de communauté est loin de s’apparenter à du communautarisme.

Il trouve que le bâtonnier force le trait en comparant la vision fédéraliste de Cabral Libii au totalitarisme hitlérien, à la radio mille collines du Rwanda. « Le fédéralisme communautaire est un humanisme, le combattre c’est condamner le Cameroun à mort », se convainc un autre internaute.

« En homme de droit, le bâtonnier Tchoungang, s’il a un intérêt, est libre de saisir la justice pour faire interdire la parution et la distribution de ce livre. En intellectuel qu’il est, qu’il lise d’abord le livre et nourrisse le débat contradictoire », note pour sa part Edgard Effoudou-Abate, journaliste.

D.M.

Dernière modification le mercredi, 03 novembre 2021 12:14

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.