Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : de nouvelles recommandations pour ramener la paix

Crise anglophone : de nouvelles recommandations pour ramener la paix

Paru le vendredi, 04 septembre 2020 13:54

Le comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations du Grand dialogue national (GDN), organisé fin 2019 en vue de trouver une issue à la crise sociopolitique en cours depuis 2016 dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a tenu sa toute première session le septembre dernier à Yaoundé. Les travaux présidés par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, ont permis aux membres dudit comité de discuter des « voies et moyens de restaurer la paix » dans ces régions.

Au terme de l’assise, les membres du comité ont recommandé « une meilleure communication sur le terrain ; susciter des ambassadeurs de la paix ainsi que la mise sur pied des mesures fiables ; appeler les ministres en charge de l’éducation à prendre des dispositions pour un retour à l’école cette année ; renforcer les mesures afin de mettre un terme aux villes mortes ; traquer les promoteurs des discours haineux dans notre pays ; assurer le retour de la stabilité et des réfugiés dans leurs domiciles », a déclaré George Ewane, le porte-parole du GDN.

À ces recommandations s’ajoutent « la création d’une zone industrielle qui va générer plus de 9000 emplois pour les déplacés ; le renforcement des capacités du centre de désarmement, démobilisation et de réintégration de Bamenda et Buea ». Sur la même lancée, le comité a suggéré aux ministères de la Jeunesse et ceux en charge de l’Éducation d’« introduire des cours d’éducation civique et morale dans les programmes scolaires ».

Bilan

Le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, a néanmoins constaté que nombre de résolutions du GDN ont été traduites en actes concrets. Il a notamment cité la promulgation de la loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées qui marque la suppression du poste de délégué du gouvernement, la création de la House of chiefs et l’octroi d’un statut spécial aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans la même lancée, la tenue des élections régionales qui se profile à l’horizon donnera corps à la deuxième collectivité territoriale décentralisée prévue par la Constitution de janvier 1996 consacrant le Cameroun comme État unitaire décentralisé.

Créé le 13 par dernier à la faveur d’un décret du chef de l’État, le comité de suivi des recommandations du GDN se réunit au moins une fois par semestre et « en tant que de besoin, sur convocation de son président ». Cette structure regroupe en son sein des personnalités politiques, religieuses et de la société civile.

Il s’agit notamment du président de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, Peter Mafany Musonge, de l’archevêque métropolitain de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, de l’archevêque émérite de Douala, le cardinal Christian Tumi, de la présidente du Conseil national de la jeunesse, des représentants de l’Église catholique relevant de la province ecclésiastique de Bamenda (Nord-Ouest), un représentant de l’Église presbytérienne, un représentant de la Cameroon Baptist Convention, des représentants de la communauté musulmane établie dans le NOSO, un représentant des associations des femmes de ces mêmes régions, trois représentants de la diaspora...

BE et DM

Dernière modification le vendredi, 04 septembre 2020 14:00

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.