Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une affaire de « porte-monnaie magique » agite le Lycée bilingue de Kribi

Une affaire de « porte-monnaie magique » agite le Lycée bilingue de Kribi

Paru le vendredi, 05 février 2021 09:42

D’après le rapport transmis le 4 février 2021 à sa hiérarchie par le proviseur du Lycée bilingue de Kribi, tout est parti de l’irruption dans l’établissement le 30 janvier d’un parent porteur d’une correspondance adressée à sa fille inscrite en classe de 4e par un autre élève de 3e l’invitant à rejoindre une secte d’aisance financière intitulée « Vendeurs de rêves ».

L’enquête menée par des responsables du lycée permet de reconstituer la filière. Elle conduit d’abord à un élève de 3e présenté comme le promoteur d’une marque de vêtements dénommée « Universal Swagg » renvoyant à la secte.  Ensuite ce dernier désigne un élève de classe de 1ere comme le point focal de la secte, qui débarque au conseil de discipline arborant une tenue de sport floquée au nom de cette secte.

Au regard de la gravité des explications et des connexions déjà établies au sein du lycée, un inspecteur de police, parent d’un des élèves mis en cause, prend l’affaire en main. Le lendemain, le policier fait savoir au proviseur que l’élève promoteur de la marque de vêtements est passé aux aveux.  D’après le rapport, il a admis faire des « incantations consistant à servir un esprit béninois nommé « Engogona/Mamong » détenteur de nombreux pouvoirs (multiplication d’argent, charme, porte-monnaie magique).

Le même élève, en tant que membre influent de l’association, poursuit le rapport, révèle que sa mission consiste à sensibiliser et à recruter ses camarades. Pour cette tâche, il dit « avoir perçu une somme d’un million de francs CFA au mois de décembre qu’il a dépensée dans une boîte de nuit de la place ».

D’ailleurs, le commandant de compagnie de gendarmerie saisi à son tour établit à l’issue de son enquête que deux élèves du Lycée bilingue de Kribi « sont en contact permanent avec des esprits béninois pour une aisance financière ».

Joint au téléphone par SBBC, un responsable de l’établissement affirme : « Le phénomène est réel et a un fond. Mais il n’est pas propre au Lycée bilingue de Kribi. Vous en avez sans doute entendu parler l’année dernière dans un collège huppé de Yaoundé et dans un autre établissement de Douala qui mettait en cause 14 élèves ».

L’affaire est suffisamment grave pour que le proviseur du Lycée bilingue de Kribi, ville balnéaire de la région du Sud, convoque « un rassemblement spécial de tous les élèves de son établissement pour les en informer et les sensibiliser ».

Comme autre mesure d’urgence, Jean Maurice Noah a saisi la gendarmerie pour une enquête approfondie, indépendamment de la prise en charge psychologique par leurs parents des élèves concernés par le phénomène.

D.M.

Dernière modification le vendredi, 05 février 2021 11:04

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.