Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : Médecins sans frontières condamne l’attaque de son ambulance à Kumba

Crise anglophone : Médecins sans frontières condamne l’attaque de son ambulance à Kumba

Paru le vendredi, 05 février 2021 11:56

Des hommes armés ont ouvert le feu sur une ambulance de Médecins sans frontières (MSF) dans la matinée d’hier jeudi 4 février 2021 dans la région anglophone du Sud-Ouest. L’incident est survenu dans une localité proche de Mbalangi, le long de la route qui relie la ville de Kumba à Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest.

« L’ambulance a été touchée et l’infirmière qui l’accompagnait a été blessée. Médecins sans frontières condamne cette attaque contre notre collègue et une ambulance clairement identifiée. Les établissements de soins de santé, y compris les ambulances, ne sont pas des cibles », a déclaré Antoinette Buinda, chargée de communication pour MSF dans la région du Sud-Ouest. L’acte a été commis par des personnes jusqu’ici non identifiées. Mais tout porte à croire que cette attaque est l’œuvre d’une des milices sécessionnistes qui pullulent dans la zone.

D’après des informations glanées auprès de l’ONG, l’ambulance attaquée est partie de Kumba pour secourir un cas de détresse à Mbalangi. L’attaque est survenue alors que l’équipe de secours qui venait de récupérer le patient se rendait à l’hôpital de Muyuka.

Suite à cette attaque, « une deuxième ambulance a été envoyée pour prendre en charge le patient qui est dans un état critique et qui reçoit maintenant des soins médicaux. Notre collègue reçoit également des soins médicaux et se remet actuellement de ses blessures », rassure Antoinette Buinda.

L’ONG internationale a rappelé que les équipes de MSF « fournissent une assistance médicale humanitaire neutre et impartiale grâce à [nos] références d’ambulances d’urgence, des soins de niveau secondaire et un modèle décentralisé de soins communautaires ».

Depuis 4 ans, les forces de défense et de sécurité combattent des milices d’inspiration séparatiste qui sèment la terreur au sein des populations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), la violence dans cette partie du Cameroun a durement détérioré les infrastructures et les services de santé.

Pour améliorer l’accès aux soins et répondre aux besoins croissants des populations, les équipes de MSF épaulent environ 30 hôpitaux et centres de santé à Bamenda, Widikum, Kumba et Mamfe, et gère un service d’ambulance fonctionnant 24 h/24 qui a réalisé plus de 9 000 transferts durant l’année 2019.

Les travailleurs humanitaires sont régulièrement la cible des bandes armées. L’an dernier au moins deux humanitaires ont été assassinés par des milices séparatistes dans ces deux régions.

Baudouin Enama

Dernière modification le vendredi, 05 février 2021 11:59

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.