Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Un économiste pour donner un nouveau visage à Douala

Un économiste pour donner un nouveau visage à Douala

Paru le jeudi, 05 mars 2020 15:27

Roger Mbassa Ndine (photo) est le nouveau maire de la ville de Douala. Il a été lu le 4 mars dernier lors de la session de plein droit de la Communauté urbaine de Douala (CUD), avec 235 voix sur les 267 conseillers présents dans la salle. Son challenger, Jean Jacques Ekindi, coordonnateur du Mouvement populaire (MP), a obtenu 25 voix. Par ailleurs, sept électeurs ont voté bulletin nul et deux se sont abstenus.

Premier maire élu à la tête de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine remplace Ntonè Ntonè Fritz, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala depuis 2006. Un poste supprimé en faveur de celui de maire de ville avec la promulgation, en décembre 2019, du Code général des collectivités territoriales décentralisées. Gérémie Solle, sieur Ditchoua, Mme Moukoko et Mme Azongo ont également été portés aux postes d’adjoints au maire de la ville.

Tractations

Prévue le mardi 3 mars dernier, l’élection du maire de Douala a été finalement reportée au mercredi 4 mars 2020 par le préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, du fait d’un « désaccord » entre les quatre candidats issus des rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) et le mandataire du parti au pouvoir, Benoît Ndong Soumhet.

Après des heures de tractations, trois des quatre prétendants (Jean Jacques Lengue Malapa, nouveau maire de Douala 1er ; Gérémie Solle, conseiller municipal à de Douala 4e ; Ngwem Mode, conseiller municipal de Douala 3e et Henri Din, conseiller municipal de Douala 6e ) ont retiré leurs candidatures, au profit de leur camarade Roger Mbassa Ndine, le candidat investi par parti au pouvoir.

Au sein de l’opinion publique, l’arrivée de l’ex-sénateur Roger Mbassa Ndine est diversement appréciée. Certains y compris une partie de ses camarades politiques estiment que le nouveau maire n’est pas l’émanation de la base. Mais pour d’autres, Mbassa Ndine a le profil de l’emploi.

Diagnostic

Celui qui hérite des clés de la ville de Douala semble conscient des défis qui l’attendent. « La ville [Douala] étouffe. Son développement est plombé par son histoire et son état actuel. Chaque matin, l’essentiel de la population converge vers Akwa et Bonanjo. Et le soir c’est le mouvement inverse. Les inconvénients de cette situation, doublés de l’état des infrastructures, sont tels que la ville ne donne plus à ses citoyens et aux opérateurs économiques les conditions minimales d’épanouissement. Dans ces conditions, la gestion du territoire est critique, et c’est le rôle premier d’une collectivité territoriale décentralisée de la dimension de Douala », a-t-il diagnostiqué dans une tribune.

Haut commis de l’État

Ex-secrétaire général du ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), le nouvel élu est titulaire d’un doctorat en science économique et de gestion, obtenu Université de Mannheim en Allemagne (1984).

L’économiste fait partie des premiers Camerounais certifiés experts en Programmation économique et financière, par l’Institut du Fonds monétaire international (FMI) après une formation à Washington DC en 1988. « C’est à ce titre qu’il nommé chargé de mission à la présidence de la République en 1990, dans le l’optique d’apporter une prise en charge plus efficace au dossier des relations du Cameroun avec les institutions de Breton Woods (FMI et Banque Mondiale) », comment-on dans son entourage.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.