Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Discriminations contre les femmes : la Commission des droits de l’homme invite le gouvernement à plus d’audace dans l’action

Discriminations contre les femmes : la Commission des droits de l’homme invite le gouvernement à plus d’audace dans l’action

Paru le vendredi, 05 mars 2021 12:28

La Commission des droits de l’homme du Cameroun (CDHC) a salué les efforts du gouvernement pour sa prise en compte de l’intérêt des femmes dans l’élaboration des politiques publiques, apprend-on d’une déclaration rendue publique, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la femme le 8 mars.

 La CDHC se félicite de l’augmentation remarquable du nombre de femmes dans les sphères décisionnelles. En effet, l’on est parti d’une femme maire en 1995 et à 39 en 2021, leur représentativité est passée de 21 % à 26 % au Sénat, et au gouvernement elle est 16,4 % contre 7,3 % en 1997. Mais En dépit de ces efforts, « l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes sont encore loin d’être une réalité dans nos communautés et dans l’ensemble de la nation, ainsi que dans de nombreuses sphères de développement (sociale, économique et politique) », note l’institution.

Son président, James Mouangue Kobila, fait observer qu’« il existe de profondes disparités entre les sexes : les femmes et les filles continuent de subir davantage de discriminations, d’oppressions, de comportements relevant du sexisme et de stéréotypes sexistes que leurs homologues masculins dans de trop nombreux secteurs au Cameroun ».

Sous-représentation des femmes

A cet égard, les femmes demeurent sous représentées au gouvernement où elles occupent d’ailleurs très peu de postes de premier plan. On n’en retrouve pas non plus beaucoup à la tête des sociétés d’Etat ou dans la haute administration. Enfin sur le plan de l’administration du territoire, aucune femme n’est gouverneur ni présidente des conseils au sein des 10 régions, ou encore maire de l’une des 14 plus grandes villes du pays.

Pour la CDHC, il est plus que nécessaire pour le gouvernement de « s’investir davantage sur les questions concernant les femmes et susceptibles d’entraver leur participation au développement et leur accès aux fonctions et postes de responsabilité ». Autant dire qu’il est invité à plus d’audace dans l’action en vue de la réduction de toutes les formes de discriminations fondées sur le genre.

Tout en exhortant les femmes à s’impliquer davantage dans le processus de prise des décisions, la CDHC encourage l’adoption de lois favorables à l’accès des femmes à davantage de fonctions et de postes de responsabilité, tant pour les fonctions électives que pour les fonctions nominatives. Il incombe aussi au gouvernement de veiller au respect scrupuleux de lois similaires déjà en vigueur.

La journée internationale de la femme pose comme principe que la garantie de la paix, du progrès social et de la pleine jouissance des droits de l’homme exige la participation active, l’égalité et le développement des femmes ainsi que la reconnaissance de la contribution des femmes au renforcement de la paix et de la sécurité internationales.

D.M.

Dernière modification le vendredi, 05 mars 2021 12:30

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.