Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : il n’y aura pas de représailles après les embuscades meurtrières contre les soldats (Mindef)

Crise anglophone : il n’y aura pas de représailles après les embuscades meurtrières contre les soldats (Mindef)

Paru le mardi, 05 octobre 2021 14:28

Le gouvernement n’envisagerait pas d’escalade de la violence en réponse aux attaques meurtrières de groupuscules armés séparatistes dans les régions du Nord-Ouest. C’est ce que révèle le chef de la division de la Communication du ministère de la Défense, le capitaine de vaisseau Cyrille Atonfack (photo). « Ni la énième provocation de nos ennemis, ni la jactance médiatique ne seront parvenus à faire basculer notre gouvernement dans le piège des représailles aveugle qui lui est manifestement tendu », assure cet officier supérieur dans une récente sortie.

Ainsi, contrairement à ce qui a été annoncé par différents acteurs, notamment sur les réseaux sociaux, « le branlebas de combat dans les zones rongées par la vermine du terrorisme prétendument séparatiste », n’aura pas lieu, assure-t-il. « Il n’est surtout pas question de tirer vengeance de la mort des frères d’armes, quand bien même ils auraient été lâchement ôtés à l’existence », ajoute le chef de la division de la Communication du ministère de la Défense.

A la place, l’armée aurait reçu pour consigne de renforcer la vigilance : « contrairement à ce qui se produit sous d’autres cieux en des circonstances similaires, l’incitation à l’escalade initiée par les groupes armés terroristes, à travers l’usage d’armes lourdes contre des forces en mission de maintien de l’ordre, n’aura reçu pour réponse qu’un rappel des consignes, pour plus de vigilance sur l’environnement opérationnel et plus de proportionnalité et de discrimination dans l’application d’éventuels feux ».

Lors d’une visite d’urgence dans la région du Nord-Ouest, en septembre dernier, le ministre délégué à la présidence en charge de la Défense avait annoncé des « actions appropriées ». En effet, deux attaques séparatistes, à intervalles de cinq jours, ont tué une quinzaine de soldats. Ce qui avait suscité une vive émotion au sein de l’opinion et provoqué son déplacement dans la région du Nord-Ouest. Joseph Beti Assomo y avait tenu une réunion de crise avec le commandement de militaire.

 « L’évaluation de la situation que nous venons de procéder profondément permettra de consolider les acquis des opérations menées jusqu’ici », avait-il annoncé au terme de cette réunion. Et d’ajouter : « des rajustements et des actions appropriées », vont être déployés.

Ludovic Amara

Lire aussi :

Nord-Ouest : après des attaques meurtrières, le gouvernement exige une franche collaboration de ses partenaires

Crise anglophone : la sous-préfecture de Balikumbat incendiée, 15 soldats tués dans une attaque dans le Nord-Ouest

Nord-Ouest : sept soldats du BIR tués dans une attaque séparatiste à Kumbo

Dernière modification le mardi, 05 octobre 2021 14:29

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.