Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun veut voir clair sur les velléités expansionnistes de la Guinée Équatoriale

Le Cameroun veut voir clair sur les velléités expansionnistes de la Guinée Équatoriale

Paru le lundi, 06 avril 2020 14:11

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, et son collègue de l’Administration territoriale (Minat), Joseph Atanga Nji, ont effectué, du 2 au 3 avril 2020, une visite de travail à Kyé-Ossi, ville de la région du Sud située à la frontière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale.

D’après le service de communication du Mindef, cette descente sur le terrain a été prescrite par le président de la République, Paul Biya, afin de tirer au clair les velléités expansionnistes du pays de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Malabo multiplie des incidents ces derniers temps à la frontière avec le Cameroun.

Déjà en 2019, de manière unilatérale la Guinée Équatoriale a entrepris la construction d’un mur à la frontière commune qui, soutient-on au Minat, « a violé l’intégrité territoriale du Cameroun ». Au mépris de la promesse faite à Yaoundé d’arrêter ce chantier, il y a quelques mois Malabo a lancé l’érection de trois miradors le long de la frontière. « La construction de ces miradors ne tient pas compte du tracé de la frontière. Comme si les autorités équato-guinéennes voulaient absolument provoquer un incident avec notre pays », susurre une source sécuritaire.

« La Guinée Équatoriale ne se contente pas d’ériger les constructions à la frontière entre les deux pays. En plus, son armée a fait quelques incursions dans notre territoire, il n’y pas si longtemps. Tous ces incidents ont poussé les autorités camerounaises à renforcer notre dispositif militaire sur le tracé de cette infrastructure », poursuit la même source. À l’en croire, c’est cette forte présence militaire camerounaise qui a décidé les autorités équato-guinéennes à suspendre les travaux lancés.

C’est sans doute en réaction que la Guinée Équatoriale a décidé de fermer la frontière le 11 octobre 2019.

Outre la visite des lieux abritant les chantiers sur une dizaine de kilomètres, Joseph Beti Assomo et Joseph Atanga Nji ont tenu, à huis clos, une réunion d’évaluation de la situation sécuritaire.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.