Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun compte désormais près de 330 partis politiques, un nombre jugé « excessif » par des analystes

Le Cameroun compte désormais près de 330 partis politiques, un nombre jugé « excessif » par des analystes

Paru le jeudi, 06 mai 2021 13:26

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji a agréé le 5 mai la création de 11 nouveaux partis politiques.  Le communiqué signé à cet effet, précise que cette mesure vise à « enrichir le débat politique et à encourager l’expression des libertés ».

Avec ces 11 nouveaux partis politiques, le nombre total des formations politiques officiellement légalisées au Cameroun s’élève à près de 330, selon les chiffres du ministère de l’Administration territoriale. Un nombre jugé excessif par des experts. De l’avis de Mathias Owona Nguini, politologue, la prolifération des partis politiques peut broyer la visibilité des partis d’opposition et rendre difficile l’expression de ces derniers. « Cameroun: 330 partis politiques ! Encore un petit effort et chaque commune aura son parti ! », raille l’ancien ministre Patrice Amba Salla.

Pour sa part, le politologue Aristide Momo pense que, « dans un contexte de démocratie précaire comme le nôtre,  ce nombre excessif peut trahir le gène qu’éprouve le champ politique à canaliser les citoyens dans le jeu polarisé. C’est plutôt la preuve du dérèglement du champ partisan ».

Pour expliquer ce point de vue, celui qui est également membre de la société civile développe : «l’animation de la concurrence politique, provient de la condensation des énergies dans peu de camps. Plus le nombre de camps est réduit, plus le jeu semble  ressourcé et élaboré. Généralement c’est la bipolarisation ou au plus la tripolarisation qui fait l’animation de la concurrence. C’est d’ailleurs le bien fondé des élections à deux qui s’impose comme une astuce de remodelage du champ pluri partisan en champ bipolarisé. Et lorsque le jeu est bien animé, il y a naturellement un équilibre de force ».

Dans le cas échéant, sur les 11 nouveaux partis, en dehors de celui ayant pour leader Célestin Djamen, ancien du SDF et du MRC, les 10 autres sont tenus par des personnes inconnues du public. De plus, sur les près de 330 formations politiques qui existent au Cameroun, seul un nombre très réduit arrive à répondre aux exigences de fonctionnement d’un parti. Ainsi, seule une dizaine de formations politiques sont représentées au Parlement : sept à l’Assemblée nationale et sept au Sénat. La carte communale quant à elle affiche neuf partis politiques.

En rappel, depuis le retour au multipartisme début des années 90, la constitution autorise et légitime la création des partis politiques. D’après l’article 2 de la loi de décembre 1990 portant sur les partis politiques, la création d’une formation politique se fait librement.

Vanessa Ngono Atangana

Dernière modification le jeudi, 06 mai 2021 14:37

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.