Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
En crise, le Conseil national de la jeunesse du Cameroun voit les mandats de ses organes prorogés d’un an

En crise, le Conseil national de la jeunesse du Cameroun voit les mandats de ses organes prorogés d’un an

Paru le mercredi, 07 avril 2021 12:13

Par décision du ministre de la Jeunesse et de l’Éducation civique (Minjec), Mounouna Foutsou, signée en date du 5 avril, les mandats des bureaux exécutifs, des commissaires aux comptes et des délégués du Conseil national de la jeunesse du Cameroun (CNJC) « sont prorogés pour une durée d’un an ». Cette prorogation prend effet « à compter de la date d’expiration des différents mandats des organes du CNJC », précise le Minjec qui motive cette décision par « les nécessités de service ». Le mandat de l’actuel bureau exécutif national (BEN), l’organe de gestion du CNJC, prend fin le 18 avril prochain.

Ce bureau a été élu le 1er avril 2018 pour une durée de trois ans renouvelable une fois, selon les textes du CNJC. Avec la décision ministérielle, son mandat est donc prorogé jusqu’à au moins mi-avril 2022. Le Minjec souligne toutefois que « les membres des bureaux exécutifs, les commissaires aux comptes et les délégués du CNJC ayant fait l’objet de suspension, d’interdiction ou de démission sont exclus de la présente prorogation ».  

Cette disposition pourrait notamment concerner André Marie Dibamou. Le délégué au compte du bureau exécutif régional du Centre fait l’objet d’une procédure disciplinaire, même si le concerné dit ne pas être au courant. « Le bureau exécutif national a saisi la tutelle technique (Minjec, NDLR) pour que des sanctions disciplinaires soient prises à l’endroit de cet individu qui ternit délibérément l’image du CNJC », a déclaré à la CRTV le secrétaire général du Conseil, Mathieu Vatvoumsia, à l’issue de la réunion du BEN le 19 mars dernier.

André Marie Dibamou se présente comme le « président » de l’assemblée générale du CNJC. Il a été « convoqué » le 31 mars à une réunion présidée par le gouverneur du Centre, Naseri Paul Bea. Cette réunion, à laquelle l’intéressé a répondu présent, avait notamment pour but de l’entendre sur ses « actes d’indiscipline » au sein du Conseil régional du CNJC, expliquait le gouverneur.

Insuffisances

Cette réunion intervenait après qu’il ait annoncé, le 17 mars par voie de communiqué, la « dissolution » du bureau exécutif national en place. « Nous avons pris acte de ces prorogations de mandats. C’est honteux que des décisions comme cela fassent suite à des intimidations pour une question fondamentale d’un mal-être qui est exprimé depuis des années au sein du Conseil. Les textes du CNJC présentent beaucoup d’insuffisance et d’irrégularité, notamment au niveau de la fonction de président de l’assemblée générale qui est aujourd’hui contestée », confie-t-on dans l’entourage d’André Marie Dibamou. « Pour l’instant, nous n’allons pas dévoiler notre stratégie. Nous sommes officiellement en retrait. On a pris acte et on se réserve le droit de poursuivre nos activités selon notre calendrier. Nous envisageons aussi les voies de recours, car tout acte administratif est susceptible de recours », ajoutent les mêmes sources.

Le 1er avril, la présidente nationale du CNJC a donné deux semaines aux présidents des bureaux exécutifs régionaux, départementaux et communaux de lui remonter les propositions recueillies à l’issue des concertations menées auprès des jeunes de leurs unités de compétence en vue d’améliorer la gouvernance au sein de l’instance faîtière des associations et mouvements de jeunesse. Fadimatou Iyawa Ousmanou justifie cette décision par des « insuffisances constatées dans les textes » du Conseil. Notamment « les vides juridiques dans les statuts et règlements du CNJC qui méritent d’être comblés pour assurer un fonctionnement optimal de cet organe faîtière de la jeunesse », écrit-elle dans une lettre-circulaire adressée aux leaders du CNJC.

P.N.N 

Lire aussi:

Le gouverneur du Centre s’invite dans les tensions au Conseil national de la jeunesse du Cameroun

Une fin de mandat agitée au Conseil national de la jeunesse du Cameroun

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Après l'avoir annoncé, Sosthene ABEGA met au point un four à gaz Made in Cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.