Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Jacques Fame Ndongo: « le point de vue de M. Mbembe est anachronique »

Jacques Fame Ndongo: « le point de vue de M. Mbembe est anachronique »

Paru le mercredi, 07 octobre 2020 12:11

La réplique du secrétaire à la communication du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), Jacques Fame Ndongo, à la dernière sortie d’Achille Mbembe s’ouvre sur un éloge.

« J’ai lu, avec un intérêt soutenu, la philippique signée d’Achille Mbembe. Cet éminent professeur ne m’est guère étranger. J’ai eu à lire ses essais et j’admire sa stature intellectuelle qui est olympienne et sa plume flamboyante », écrit le communicateur du parti au pouvoir.

Tout en admettant que leurs vues politiques sont divergentes, il avoue avoir « de la peine à croire que le texte intitulé “Achille Mbembe appelle au rassemblement de la diaspora de tous les bords pour libérer le Cameroun” soit de ce penseur talentueux et rigoureux ».

Au-delà de la forme, Jacques Fame Ndongo fonde sa réserve dans le fond. Notamment quand Achille Mbembe écrit que le peuple camerounais « se vautre dans la boue et se gave de sa propre bêtise et de sa lâcheté. Tournant le dos à la dignité, il a opté pour le tribalisme ».

Dans ce propos, Jacques Fame Ndongo décèle au moins une contradiction. « Si le peuple est “bête”, “lâche”, “tribaliste” comment “le rassemblement de la diaspora” (lui-même faisant partie du peuple) qu’appelle Achille Mbembe de tous ses vœux va-t-il “libérer” le Cameroun, étant donné que le Cameroun est constitué du même peuple ? »

Jacques Fame Ndongo refuse de croire que le peuple camerounais est à la fois bête, lâche et tribaliste. « Il est mûr, lucide, responsable et intelligent, voire inventif et créatif. À moins de vivre en apesanteur, il est loisible à tout un chacun de constater, de visu, les performances quotidiennes des Camerounaises et des Camerounais, dans tous les domaines », oppose-t-il.

En voulant libérer un peuple libre du joug colonial depuis 60 ans et qui a obtenu la liberté de la parole depuis 30 ans, soutient finalement Jacques Fame Ndongo, la démarche d’Achille Mbembe relève d’un anachronisme.

« La seule bataille qui vaille, à présent, est celle du développement économique, social et culturel, avec tous, par tous et pour tous », conclut-il.

D.M.

Dernière modification le mercredi, 07 octobre 2020 12:58

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.