Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Régions anglophones : 350 écoles, 115 centres de santé, 12 000 maisons… à réhabiliter

Régions anglophones : 350 écoles, 115 centres de santé, 12 000 maisons… à réhabiliter

Paru le mercredi, 08 avril 2020 11:40

Avec la création, par arrêté du Premier ministre, de ses instances de gestion et de la nomination de leurs responsables le 3 avril 2020, le Plan présidentiel de reconstruction et de développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (PPRD-NoSo) amorce résolument sa phase opérationnelle.

Mais, se posent encore des questions relatives notamment à la situation sécuritaire dans les deux régions, l’évaluation des dégâts et le plan d’investissement. « On observe une certaine accalmie depuis quelques jours. Mais il convient d’observer pendant quelque temps encore pour voir si elle va perdurer », note sous anonymat un enseignant de l’université de Bamenda dans le Nord-Ouest.

Dans une interview au quotidien gouvernemental Cameroon tribune, Paul Tasong, le tout premier coordonnateur national en charge du suivi de l’exécution du PPRD-NoSo, se veut optimiste : « C’est clair qu’il existe encore des poches de résistance, mais de manière générale la situation est très loin de ce qu’elle était il y a deux ou trois ans ».

L’actuel ministre délégué auprès du ministre de l’Économie précise qu’il n’est pas question d’attendre que la paix soit totalement de retour dans les deux régions pour déployer le plan de reconstruction et de développement. Surtout au regard de l’ampleur de la tâche, évaluée à l’issue de la collecte des données sur le terrain effectuée sous la coordination des gouverneurs de régions.

Paul Tasong parle, entre autres, de la réhabilitation de 350 écoles, de 115 centres de santé, de 40 ponts, de 400 points d’eau, de 500 kilomètres de lignes électriques basse tension, de 600 kilomètres de routes rurales, de 45 marchés et de 12 000 maisons. Sans compter environ 25 000 hectares de plantations.

Une évaluation qui nécessite cependant une mise à jour. D’ores et déjà, le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), la plus importante organisation patronale du Cameroun, évaluait les pertes économiques l’année dernière à plus de 800 milliards de FCFA.

Sur le plan d’investissement, le coordonnateur national du PPRD-NoSo indique que « la priorité sera déterminée géographiquement et accordée aux zones où la reconstruction peut être faite avec le minimum de risque ».

On ignore pour l’instant le coût exact de ce plan. S’agissant des sources de financement, Paul Tasong assure que le gouvernement sera son principal financier. Les ressources viendront aussi des partenaires techniques et financiers, des dons et legs. Par exemple, lors de sa présentation aux partenaires au développement en décembre dernier, la France s’est engagée à consacrer plus 40 milliards de FCFA à son financement. Cette somme représente le reliquat du programme C2D.

Le PPRD-NoSo vise la réhabilitation et l’aménagement des infrastructures de base, la revitalisation économique et la promotion de la cohésion sociale dans ces deux régions anglophones en proie à une crise sociopolitique et sécuritaire depuis 2016.

D.M.

Dernière modification le mercredi, 08 avril 2020 11:41

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.