Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre le Covid-19 : la légalité des opérations de collecte de fonds en question

Lutte contre le Covid-19 : la légalité des opérations de collecte de fonds en question

Paru le mercredi, 08 avril 2020 16:50

C’est un communiqué signé le 7 avril 2020 par le ministre de l’Administration territoriale (Minat) qui jette le pavé dans la mare. Paul Atanga Nji constate, pour le déplorer, que « certains leaders de partis politiques et d’associations ont lancé des appels à la générosité publique » afin de financer la lutte contre la pandémie de Covid-19.

D’après le Minat, parmi les initiatives qui fleurissent, au mépris de la législation, figurent notamment celles de la mairie de Douala, du PCRN de Cabral Libii, et surtout de Maurice Kamto. Le 3 avril, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a lancé « Survie-Cameroon-Survival Initiative » (SCSI), qui a collecté en trois jours environ 234 millions de FCFA, sur un objectif de 6,5 milliards de FCFA.

Ces différentes initiatives sont lancées à la suite du président de la République, Paul Biya, qui a, le 31 mars, créé un fonds de solidarité nationale doté d’une cagnotte initiale de un milliard de FCFA pour financer la stratégie gouvernementale de riposte au coronavirus. Ledit fonds, rappelle le Minat, a même déjà commencé à recevoir d’importantes contributions.

Initiatives concurrentes

Ces initiatives, et particulièrement l’opération du président du MRC, ne font pas seulement concurrence à celle du président de la République. « La démarche de Kamto peut être interprétée comme un acte de défiance, surtout quand on se rappelle que le 3 avril, il a soutenu que Paul Biya n’a pas la capacité de mener la guerre contre le coronavirus », soutient un analyste politique.

En tout cas, Paul Atanga Nji rappelle que la collecte de fonds en cas de situation de crise ou de catastrophe est encadrée par la loi du 21 juillet 1983 régissant les appels à la générosité publique. Celle-ci interdit de manière formelle « à tout individu et à toute organisation de quelque nature que ce soit de faire appel à la générosité publique sans au préalable avoir obtenu l’autorisation du ministre en charge de l’Administration territoriale ».

Aussi le Minat « invite tous ceux qui ont entrepris des collectes de fonds en marge des textes à y mettre fin immédiatement, à faire clôturer tout compte bancaire ouvert à cet effet ». Aussi Paul Atanga Nji demande-t-il à tout établissement bancaire auprès duquel « ces fonds sans base légale seraient domiciliés, de procéder immédiatement à la clôture desdits comptes ».

Sommation de clôturer les comptes

Justement, le 7 avril, le trésorier du MRC a adressé une demande d’ouverture de compte au nom de l’association humanitaire « Survie-Cameroon-Survival-Initiative » au directeur général d’Afriland First Bank. Alain Fogue Tedom précise que, outre la signature de Christian Penda Ekoka, soutien politique de Maurice Kamto et président du comité de gestion de SCSI, « toutes les opérations sur ce sous-compte devront en plus être contresignées » notamment par le représentant du ministre des Finances.

Au MRC, les menaces de sanction du Minat laissent de marbre. Dans une interview à ABK Radio le 8 avril, sa 2e vice-présidente, Tiriane Balbine Noah, est catégorique : « Le MRC ne lâchera rien, car ce qui prime, c’est la survie des populations. Ce qui doit être fait sera fait ».

D.M.

Lire aussi :

04-04-2020- Maurice Kamto s’enlise dans la logique insurrectionnelle

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.