Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Maintien de l’ordre : Atanga Nji annonce la mise en branle d’un « rouleau compresseur » contre Kamto

Maintien de l’ordre : Atanga Nji annonce la mise en branle d’un « rouleau compresseur » contre Kamto

Paru le mardi, 08 septembre 2020 10:02

Au cours d’une conférence de presse tenue le 7 septembre 2020, quelques heures après la convocation des collèges électoraux en vue de la tenue des premières élections régionales le 6 décembre, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, a déclaré que son ministère « apportera à Elecam un encadrement sécuritaire optimal pour que l’élection des conseillers régionaux se déroule sur toute l’étendue du territoire national de manière sereine ».

C’est que, explique le Minat, « il nous est revenu que certains responsables de partis politiques, en perte de vitesse, ont lancé des mots d’ordre irresponsables en posant des préalables pour la tenue de l’élection des conseillers régionaux, faute de quoi ils engageront des actions visant à déstabiliser les institutions républicaines et contre celui qui les incarne, Paul Biya ».

Sans le désigner nommément, Paul Atanga Nji fait référence à Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Le 24 août, le leader de ce parti d’opposition a menacé de lancer des manifestations générales en vue du départ du président de la République si les élections régionales sont organisées avant la résolution de la crise anglophone et la réforme du code électoral.

Imposture

Pour le Minat, la démarche de Maurice Kamto, qui a refusé de participer aux élections et prétend en même temps défendre les intérêts du peuple camerounais, relève de « l’imposture qui ne saurait prospérer au Cameroun ». Et en tant que garant du maintien de l’ordre, de l’encadrement des partis politiques et de la protection des personnes et des biens, il prévient qu’« aucun écart de comportement ne sera toléré de quelque parti politique que ce soit, et de qui que ce soit ».

Sur un ton martial, Paul Atanga Nji annonce que « le rouleau compresseur du maintien de l’ordre se mettra immédiatement en branle et sans complaisance. Tous les fauteurs de trouble, quels qu’ils soient, répondront de leurs actes devant les instances judiciaires compétentes ».

Chance historique

Occasion pour lui de « lancer une sévère mise en garde aux politiciens sans scrupule, en quête d’une hypothétique notoriété, contre tout agenda visant à perturber la tranquillité des Camerounais avant, pendant et après l’élection des conseillers régionaux ».

Surtout que Paul Atanga Nji rappelle que Maurice Kamto a déjà, il y a quelques mois, eu maille à partir avec la justice pour des motifs similaires. Et l’arrêt des poursuites ordonné par le président de la République pour « donner une chance historique à ce leader de parti politique de se détourner des raccourcis antidémocratiques devenus son sport favori » n’est pas synonyme d’extinction des charges ayant motivé la mise en détention provisoire.

« En cas de nouveau faux pas, notamment l’incitation à la rébellion, le compteur judiciaire de ceux qui ont bénéficié de l’arrêt des poursuites sera remis à zéro », martèle le Minat.

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.