Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : malgré l’accalmie, le Bui préoccupe toujours l’armée

Crise anglophone : malgré l’accalmie, le Bui préoccupe toujours l’armée

Paru le vendredi, 09 avril 2021 18:03

En visite de contrôle opérationnel et d’évaluation, ce 8 avril dans le du Nord-Ouest, le général de corps d’armée René Claude Meka, chef d’état-major des armées (Cema), a eu une séance de travail à huis clos avec les autorités militaires de la région. « Après une longue période intense d’activités opérationnelles, effectivement nous avons longuement examiné la situation. Pour le moment, nous n’avons pas de souci majeur à nous faire à ce sujet. Les hommes tiennent bien la situation », a assuré le général Meka au sortir de la rencontre.

Malgré cette accalmie, il ressort des échanges, indique des sources présentes, que le département du Bui reste l’un des épicentres de la menace terroriste dans ladite région. D’où le déplacement du Cema.

Le département du Bui est situé au nord-est de la ville de Bamenda et a pour chef-lieu Kumbo. Dans cette unité administrative sévit les « Bui Warriors », une des plus puissantes milices séparatistes de la région du Nord-ouest. Ce groupe armé est responsable de nombreuses attaques dans la ville de Kumbo et de ses alentours et impose un implacable « lockdown (ville morte, NDLR) » dans la zone.

C’est cette milice qui était à l’œuvre dans le kidnapping du cardinal Tumi et du Fon (chef traditionnel, NDLR) de Nso, début novembre 2020. Placés sous l’autorité de l’Interim Governement (gouvernement intérimaire de l’Amazonie amené par Samuel Sako Ikome, basé aux États-Unis), les Bui Warriors avaient à l’origine le « général » séparatiste Chacha. Ce dernier a été neutralisé par l’armée le 26 janvier 2020. 

Il faut dire que sous la houlette de ce chef de milice, les Bui Warriors ont mené plusieurs attaques contre des factions rivales et de nombreux civils. En janvier 2020, ils attaquent un groupe armé, de l’Ambazonia Defence Force et font prisonnier un de leur chef, « general Big Number ». Quelques jours plus tard, profitant de cette guerre fratricide, l’armée mène un raid à Likakom non loin de Kumbo contre un camp des Bui Warriors. C’est au cours de cette attaque que Chacha va être tué.

L.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.