Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Double nationalité, création d’une agence… : des propositions pour mieux impliquer la diaspora dans le développement

Double nationalité, création d’une agence… : des propositions pour mieux impliquer la diaspora dans le développement

Paru le jeudi, 09 juillet 2020 14:31

Une journée d’information des parlementaires, sur la diaspora camerounaise sur le thème « Diaspora : atout gagnant pour le Cameroun », s’est tenue le 8 juillet 2020 à l’Assemblée nationale, en présence entre autres des députés, des membres du gouvernement et du corps diplomatique.

Trois exposés ont principalement meublé les travaux présidés par Théodore Datouo, vice-président représentant le président de la Chambre basse du Parlement. Le premier exposé portant sur « Comment s’y prendre pour tirer le maximum de sa diaspora » a été présenté par le ministre plénipotentiaire Thomas Fozein, ancien secrétaire général du ministère des Relations extérieures.

Double nationalité

Pour mieux impliquer les Camerounais de l’étranger au processus de développement du pays, les échanges ont préconisé une meilleure écoute et des relais de facilitateurs. « La diaspora est disposée à investir et à s’investir pour le Cameroun. Mais elle ne rencontre pas toujours une oreille attentive auprès du gouvernement », indique un participant. Il a aussi été recommandé des mesures fortes comme la reconnaissance de la double nationalité.

La reconnaissance de la double nationalité est une vieille doléance de la diaspora. Elle a à nouveau été exprimée au sein de la commission en charge du rôle de la diaspora dans la crise anglophone et sa contribution au développement du pays, lors du Grand dialogue national, tenu du 30 septembre au 4 octobre 2019 à Yaoundé. Lors d’une visite officielle à Paris, en juillet 2009, le président de la République Paul Biya l’avait promis à la communauté camerounaise de France.

« Diaspora, un atout pour la coopération transfrontalière », le second thème, a été élaboré par Christian Pout lui aussi ministre plénipotentiaire et président du think tank Ceides. Ici, il est nettement apparu que le fait pour un Camerounais d’être installé dans un pays voisin peut se révéler un important levier pour la fluidité des échanges.

Création d’une agence

De l’exposé, l’on retient par exemple qu’un Camerounais basé par exemple au Gabon connait mieux son pays d’accueil, ses usages et ses susceptibilités, maitrise les opportunités, etc., et peut par conséquent mieux aller et venir entre les deux pays.

Pour améliorer la contribution de la diaspora dans le développement du Cameroun, le diplomate a notamment recommandé l’élaboration des stratégies globales pour la diaspora en lieu et place de projets ad hoc et la création d’une agence transnationale d’investissement et de développement pour la diaspora.

Il est enfin revenu à Serge Gervais Ondoua, directeur de la coopération décentralisée et des partenariats du ministère de la Décentralisation et du Développement local d’édifier l’assistance sur le bilan de la coopération décentralisée.

Dominique Mbassi

Lire aussi :

L’Assemblée nationale crée une plateforme d’échanges avec la diaspora

Dernière modification le jeudi, 09 juillet 2020 14:33

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.