Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Régionales 2020 : la bérézina électorale du PCRN dans son fief du Nyong-et-Kelle

Régionales 2020 : la bérézina électorale du PCRN dans son fief du Nyong-et-Kelle

Paru le mercredi, 09 décembre 2020 17:48

Le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) ne figurera dans aucun conseil régional.

Le parti impulsé par Cabral Libii, candidat classé 3e à la présidentielle d’octobre 2018 (6,28 % des suffrages), essuie un revers au terme du scrutin régional de dimanche dernier.

Même dans son fief, le département du Nyong-et-Kelle, le parti qui jouissait d’une majorité dans cinq conseils municipaux (128 voix), a été lâché par certains de ses grands électeurs.

A l’issue des dépouillements dans cette circonscription qui lui était théoriquement favorable, le PCRN s’en est sorti avec 97 suffrages exprimés en sa faveur. Ce qui revient à dire qu’en moins d’un an, le PCRN a perdu la confiance de 31 conseillers municipaux élus sous sa bannière en février dernier.

Un résultat surprenant, ce d’autant plus que c’est dans ce département que le leader du PCRN a obtenu son premier mandat de député à l’Assemblée nationale au terme des législatives de février dernier.

Corruption ?

Cette contre-performance coïncide avec le retour de l’Union des populations du Cameroun (UPC). Sans le moindre conseiller municipal, ce parti historique a obtenu 20 voix dans cette circonscription électorale.

Mais la situation profite principalement au parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

Si sur la ligne de départ, le parti de Paul Biya comptait trois conseillers de moins que le PCRN dans le Nyong-et-Kelle, à l’arrivée il rafle la mise grâce à des voix grappillées dans les rangs du mouvement politique de Cabral Libii. Mais ce dernier pointe un doigt accusateur sur « le RDPC qui aurait distribué de l’argent ».

Depuis dimanche, les commentaires liés à ces résultats enflamment la Toile. « Le système électoral actuel est une machine à fraude et à corruption au service du régime illégitime de Yaoundé. Le cas du Nyong-et-Kelle est le plus illustratif de cette machine à corruption, car l’élection régionale répond au principe des grands électeurs qui sont élus par le peuple donc représentatifs des forces politiques », a écrit Joseph Emmanuel Ateba, le secrétaire national à la communication du MRC.

Jacques Fame Ndongo, le secrétaire à la communication du RDPC a également réagi. « Vous voyez que Cabral LIBI serait le grand perdant de ces élections. Si j’étais à sa place, je me ferais une introspection. Est-ce que j’ai été arrogant ? Est-ce que j’ai été autoglorificateur ? Est-ce que j’ai été autosuffisant ? », a-t-il déclaré sur les antennes de la CRTV.

Des comptes à rendre

Le président du PCRN a tenu tout de même à faire une mise au point. « Le constat est cinglant, mais clair : pendant que le PCRN, né à Guidiguis, perd la confiance de certains de ses cadres dans le Nyong-et-Kelle, il gagne celle des cadres des autres partis dans d’autres départements du Cameroun. Merci à la Mefou-et-Afamba, au Mbere et au Wouri. Cela n’enlève rien à la douloureuse défaite électorale du Nyong-et-Kelle certes, mais ça applique un baume édifiant dessus… », relativise-t-il.

Avant d’ajouter : « inutile donc de chercher des boucs émissaires. Inutile de lancer une chasse aux sorcières, comme cela se dessine dans les différents fora du Nyong-et-Kelle ».

Mais, Cabral aurait changé d’avis. Au lendemain de cette bérézina électorale, la hiérarchie du parti a décidé de faire tomber les têtes.

Dans une décision signée lundi, le président du PCRN a abrogé les mandats des bureaux des comités d’Arrondissement du département du Nyong-et-Kelle. Puis, a procédé à des nominations au sein des comités de remobilisation implantés dans les mêmes unités administratives.

Aussi, les comités de remobilisation des arrondissements de Biyouha, Ngog-Mapubi, Eseka, Dibang, Makak, Matomb, Messondo, Bondjock, Nguibassal et Bot-Makak seront renouvelés dans les prochains jours, informe ce document en circulation sur les réseaux sociaux.

Baudouin Enama

Dernière modification le jeudi, 10 décembre 2020 04:12

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.