Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La Commission Musonge recommande une coalition nationale contre le discours de haine et la xénophobie

La Commission Musonge recommande une coalition nationale contre le discours de haine et la xénophobie

Paru le lundi, 10 mai 2021 12:09

Au terme du colloque sur les discours haineux et la xénophobie au Cameroun organisé par la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) du 5 au 6 mai 2021 à Yaoundé, les experts et autres participants ont formulé une trentaine de recommandations. Celles-ci portent notamment la mise sur pied d’une coalition nationale de lutte contre le discours de haine et la xénophobie, la promotion de la communication non violente et du journalisme de paix par l’éducation aux médias, la création d’un réseau social citoyen plus dynamique afin de mener une contre-campagne dynamique sur les réseaux sociaux.

Pour formuler ces recommandations, les experts ont au préalable revisité le discours de haine et la xénophobie comme obstacles à l’édification de la nation et à la cohésion sociale, le discours de haine et le vocabulaire discriminant dans les médias camerounais, le discours de haine et le problème anglophone ou les fondements anthropologiques de la construction du rejet de l’autre.

« Pour persévérer dans le combat contre ces fléaux, la CNPBM a élaboré un programme de grande ampleur qui fera intervenir tout un éventail de parties prenantes. Nous comptons sur les acteurs de la société civile, les journalistes, les opérateurs téléphoniques », relève le président de la CNPBM, Peter Mafany Musonge.  

L’ancien Premier ministre est persuadé que ce n’est qu’en adoptant une approche globale que le discours de haine et la xénophobie pourront être attaqués de front et enrayés au Cameroun. « La tenue de cette rencontre s’inscrivait dans une démarche pluridisciplinaire visant à adopter les méthodes les plus efficaces et ingénieuses pour combattre et déconstruire le discours de haine et la xénophobie dans la société camerounaise », insiste-t-il.

Créée en janvier 2017 par le président de la République, la CNPBM a principalement vocation à maintenir la paix, de consolider l’unité nationale du pays et de renforcer la volonté et la pratique du vivre ensemble des populations.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.