Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Conseil régional : le RDPC mis en minorité dans l’Adamaoua par L’UNDP

Conseil régional : le RDPC mis en minorité dans l’Adamaoua par L’UNDP

Paru le jeudi, 10 décembre 2020 05:47

C’est l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) qui tient le lead au Conseil régional dans l’Adamaoua. Selon les résultats rendus publics par la commission régionale, le parti de Bello Bouba Maïgari s’arroge 56 sièges au sein du tout premier conseil de la région château d’eau du Cameroun. 

La performance de ce parti politique met en minorité le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir qui se contentera de 14 représentants au sein de cette collectivité territoriale décentralisée.

« C’est une joie, un honneur pour nous de sentir que nous portons le poids de toute la région de l’Adamaoua pour le développement. Je le disais tantôt, à l’UNDP, nous sommes des personnes expérimentées, pétries d’expérience. Si vous regardez bien les compétences transférées à la région, vous verrez que l’élément essentiel sur lequel les conseillers doivent se baser pour le développement, c’est le plan communal de développement, réjouit Abbo Hamidou, tête de liste de l’UNDP dans le département de la Vina.

Il explique : « or, vous savez que nous avons 21 communes dans l’Adamaoua, et chacune a son plan de développement. Ce plan de développement contient tous les diagnostics de l’espace urbain et de l’institution même de la commune, jusqu’au diagnostic participatif et aux villages ».

Après avoir occupé les premières lignes de l’opposition de rupture, l’UNDP fondée en 1991 (29 ans), fait désormais partie des alliés stratégiques au RDPC. Ce parti se positionne comme une force politique de premier ordre avec un ancrage remarquable dans la partie septentrionale du pays. Aux derniers scrutins législatif et municipal de février 2020, le parti a d’ailleurs renforcé son corpus d’élus.

En sus du conseil régional de l’Adamaoua qui rentre dans son escarcelle, l’UNDP contrôle 17 communes, une mairie de ville et compte 7 députés, 2 sénateurs au Parlement. Dans le cadre de la majorité dite « présidentielle », Bello Bouba Maïgari, son leader et actuel ministre du Tourisme, a régulièrement soutenu la candidature du président Paul Biya lors des précédentes élections présidentielles.

B.E

Dernière modification le jeudi, 10 décembre 2020 05:53

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes