Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Interdiction du congrès du PCRN : saisi par le parti, le juge de référé se déclare incompétent

Interdiction du congrès du PCRN : saisi par le parti, le juge de référé se déclare incompétent

Paru le lundi, 11 décembre 2023 14:22

L’interdiction du tout premier congrès ordinaire du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) décidée par le sous-préfet de l’arrondissement de Kribi n’a toujours pas été levée comme l’espéraient les responsables de cette formation politique. Ces derniers ont pour cela saisi le juge de référé. Ce dernier a rendu sa décision en se déclarant incompétent, comme le fait savoir Aristide Eko’o, le secrétaire adjoint numéro 1 du PCRN. « Malgré tout, nous continuons de nous préparer pour ce congrès qui doit débuter vendredi prochain », poursuit Aristide Eko’o.

Comment le PCRN compte tenir cet évènement ? La réponse à cette question est pour l’instant un secret d’alcôve. On sait par ailleurs que cette formation politique n’a pas déposé une autre demande pour l’organisation de cette manifestation auprès du sous-préfet de Kribi II ou même auprès d’une autre autorité administrative. « On attend le mot d’ordre du président [le député Cabral Libii] », renseigne Aristide Eko’o, sans en dire plus.

Les yeux sont donc tournés vers Cabral Libii. Le troisième homme de la dernière élection présidentielle ne s’est pas encore prononcé sur la marche à suivre pour la tenue de ce congrès malgré l’interdiction. Toutefois, le week-end dernier, il a posté une photo des membres du comité d’organisation et du comité technique d’organisation en séance de travail. Concrètement : les préparatifs se poursuivent.

On se rappelle, que ce congrès s’annonçait au PCRN comme la grand’messe avant l’élection présidentielle d’octobre 2025 pour laquelle le parti avouait faire mieux que la troisième place de leur président en 2018. Mais l’autorité administrative a cru bon d’interdire cet évènement en prétextant des dissensions internes « susceptibles de troubler gravement l’ordre public », comme on peut lire dans la décision du sous-préfet.

Robert Kona, l’un des cofondateurs du parti, a déposé une plainte au Tribunal de première instance (TPI) de Kaélé, dans la région de l’Extrême-Nord, pour contester la légitimité du leadership de Cabral Libii. La première audience est annoncée pour le 4 janvier prochain.

Michel Ange Nga

Lire aussi:

Crise au PCRN : Cabral Libii favorable au dialogue, Robert Kona garde le silence

Interdiction du congrès du PCRN : Maurice Kamto apporte son soutien à Cabral Libii, son adversaire politique

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.