Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Cameroun : Joshua Osih confirme que le FBI enquête sur les financements des insurgés de la crise anglophone

Cameroun : Joshua Osih confirme que le FBI enquête sur les financements des insurgés de la crise anglophone

Paru le vendredi, 12 mars 2021 13:33

Alors que les exactions contre les civils se poursuivent dans le NOSO, les acteurs politiques et les associations cherchent à neutraliser les séparatistes actifs dans la région. Le plan d’action consiste à couper les financements. Pour cela, ils appellent à une internationalisation des actions.

Le député camerounais du Social Democratic Front Joshua Osih a confirmé que le Bureau Fédéral d’Investigation américain connu sous l’appellation de FBI, est en train d’enquêter sur des personnes soupçonnées de financer des insurgés de la crise anglophone.

« En fait le FBI a ouvert un bureau spécialisé qui s’occupe de traquer ces financiers de la crise anglophone qui sont cachés aux Etats-Unis. Donc là-bas, il y a déjà des effets positifs de notre action. Et nous pensons effectivement qu’il faut les traquer pour que les tueries cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », a-t-il fait savoir intervenant dans une rencontre virtuelle.

Le député indique que ce nouvel intérêt de l’institution américaine est le fait d’une pétition que lui et 62 autres de ses collègues ont signé pour apporter des clarifications sur la crise, et qui a été adressée à l’administration et au Congrès américains.

Mais il faut dire que des informations faisant état d’une investigation du FBI sur certains leaders de la crise anglophone, ne datent pas d’aujourd’hui. En 2018, « The Guardian Post », un journal d’expression anglophone paraissant au Cameroun, avait déjà fait savoir que des visages connus de cette contestation faisaient l’objet d’une surveillance par le FBI.

Le 25 février plus récemment, le CAVAT, une association des victimes de la crise anglophone faisait savoir qu’à sa demande, la police de Hong Kong avait ouvert une enquête sur un autre financier présumé des activités d’insurrection dans ces zones en crise. Pour les députés signataires de la pétition, dont Joshua Osih, les pays étrangers doivent coopérer pour couper tous les financements illicites en direction des Ambazoniens. Un avis que partage Paddy Asanga de l’Association des victimes de la guerre.

La question de savoir qui finance les insurgés de la crise anglophone est complexe. Le 15 juin 2018, un dossier publié sur le site de l’Agence Ecofin a fourni de solides hypothèses sur la connexion entre l’ambition des sécessionnistes et les intérêts de groupes financiers, spécialistes du financement des rebellions en Afrique et dans le monde, avec comme visée, des contrats sur les ressources naturelles.

Dans le cas du Cameroun, l’entité qui se prévaut d’être « État de l’Ambazonie » aurait obtenu des financements, contre la cession des permis pétroliers, notamment à la firme Kilimanjaro Capital basée au Canada.

Rappelons que Joshua Osih et Paddy Asanga sont tous membres du Social Democratic Front. S’ils partagent l’idéologie de leur parti qui est celle d’un retour au fédéralisme du Cameroun, ils considèrent les sécessionnistes comme un risque pour cette ambition.

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.