Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Annoncé sur le départ, Alfred Nguini continue de diriger l’ambassade du Cameroun en France

Annoncé sur le départ, Alfred Nguini continue de diriger l’ambassade du Cameroun en France

Paru le mardi, 12 mai 2020 12:43

L’ambassadeur du Cameroun en France, Alfred Nguini, a pris le 11 mai 2020 une décision interdisant Barthélemy Xavier Ongolo d’entrée à l’ambassade. Le chef de la représentation diplomatique explique que l’intéressé, précédemment deuxième secrétaire à l’ambassade, occupe depuis janvier 2020 d’autres fonctions à l’ambassade du Cameroun en République démocratique du Congo.

Sauf que Barthélémy Xavier Ongolo reste présent à son bureau de Paris depuis lors. Un bureau que l’ambassadeur dit lui avoir demandé, par correspondance datée du 9 avril, de libérer. Et au plus tard le 16 avril, il devait remettre au chef de mission non seulement les clés de son bureau, mais aussi tout matériel de travail appartenant à l’ambassade et en sa possession. « À la date d’aujourd’hui, c’est-à-dire un mois plus tard, l’intéressé n’a pas cru devoir s’exécuter », constate Alfred Nguini.

Outre « son attitude irrévérencieuse et de défiance ouverte vis-à-vis de l’autorité du chef de mission », Alfred Nguini pointe les « rapports incestueux » que le diplomate entretient avec la brigade anti-sardinards (BAS) depuis plusieurs mois. « Il chercherait à mettre à contribution ces rapports pour commettre avant son départ définitif un forfait similaire à celui dont l’ambassade a été l’objet le 26 janvier 2019 ». En effet, ce jour-là, une bande d’activistes se réclamant de la BAS a mis à sac l’ambassade du Cameroun à Paris.

Défiance et irrévérence

Comme mesure conservatoire, l’ambassadeur invite le consul général dont dépend directement Barthélemy Xavier Ongolo, et le responsable des vigiles à veiller à ce que ce dernier n’accède plus, pour quelque raison que ce soit, dans la représentation diplomatique.

L’ambassadeur est pourtant annoncé sur le départ depuis quelques jours par certaines sources. Le 7 mai, Jeune Afrique écrit par exemple : « Alfred Nguini a été rappelé à Yaoundé sans aucune explication officielle. Un limogeage en douceur, en l’absence de crise diplomatique entre Yaoundé et Paris ». Le magazine basé à Paris soutient même que cette décision a été notifiée à l’ambassadeur fin avril à sa résidence parisienne.

Pour d’aucuns, qui rappellent sa passe d’armes récente avec le percepteur de la représentation diplomatique depuis une trentaine d’années, il s’agit donc pour l’ambassadeur de régler quelques comptes avant son départ. Pour l’instant, aucune source au ministère des Relations extérieures ne confirme ni ne dément le limogeage d’Alfred Nguini, nommé à Paris le 29 mars 2019. Il quittait alors le poste d’ambassadeur du Cameroun en Côte d’Ivoire pour prendre la place de Samuel Mvondo Ayolo, désigné directeur du cabinet civil du président de la République.

D.M.

Dernière modification le mardi, 12 mai 2020 13:10

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.