Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Nganou Djoumessi interpellé après la mort de deux femmes dans le chavirement d’une pirogue

Nganou Djoumessi interpellé après la mort de deux femmes dans le chavirement d’une pirogue

Paru le jeudi, 12 novembre 2020 12:44

Dans une correspondance datée du 11 novembre 2020, Rolande Adèle Ngo Issi, député à l’Assemblée nationale, demande au ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, de réhabiliter en urgence le bac de Malombo, une localité de l’arrondissement de Makak dans la région du Centre.

L’élue motive sa sollicitation par la mort de deux femmes dans le chavirement d’une pirogue artisanale lors de la traversée du fleuve Nyong à cet endroit un jour plus tôt. D’après elle, les populations recourent à ce moyen rudimentaire à cause de la panne du bac, plus approprié pour la traversée du fleuve.

Rolande Adèle Ngo Issi explique que la mise en service du bac était une solution provisoire, en attendant la construction du pont sur le Nyong. Elle croit savoir que les études sont bouclées depuis 2006, mais le projet est en veilleuse en raison des restrictions budgétaires.

Dans une autre correspondance au Mintp, Cabral Libii, député et président du parti PCRN, soutient que « le marché public de réhabilitation qui a été passé n’a, à ce jour, malheureusement pas été livré malgré les multiples relances et complaintes des populations riveraines. La situation est d’autant plus grave que l’épave du bac a été abandonnée en flottaison en plein milieu du fleuve au lieu de traversée ».

 « Pour le cas particulier de ce bac, les travaux liés à sa réhabilitation rencontrent des problèmes multiples, du fait des atermoiements de l’entreprise. Sa mise en eau s’est effectuée il y a peu, mais la montée des eaux a de nouveau mis le bac dans un état qui ne lui permet pas d’assurer la traversée des personnes et des biens », soutient Corine Esse, responsable de la communication du Mintp.

Pour ce responsable, la plus grande difficulté concerne le manque d’expertise dans le domaine. « Dès lors, trouver la bonne entreprise constitue un problème. Pour une simple réhabilitation, on remplace plusieurs entreprises qui ne donnent pas satisfaction », poursuit-elle.

La même source révèle que « le Mintp a sollicité le Chantier naval et industriel pour une expertise dans le cadre d’une convention envisagée. Mais jusqu’ici, une solution concrète n’a pas été apportée à ce problème de bacs ».

D.M.

Dernière modification le jeudi, 12 novembre 2020 13:13

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.