Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le gouvernement invite les maires à punir le défaut de port du masque par une amende

Le gouvernement invite les maires à punir le défaut de port du masque par une amende

Paru le jeudi, 14 mai 2020 12:49

Un message porté du ministre de la Décentralisation et du Développement local (Mindedevel), Georges Elanga Obam (photo), daté du 13 mai 2020, indique à tous les 58 préfets du Cameroun les mesures à prendre pour faire respecter le port obligatoire du masque dans tous les lieux ouverts au public.

Il s’agit concrètement pour les patrons des départements d’amener les maires des communes de leurs unités de commandement à prendre des arrêtés municipaux sanctionnant le non-respect du port obligatoire du masque par les populations. « Le montant de l’amende à payer par les contrevenants, conformément au Code général des collectivités territoriales décentralisées, doit être compris entre 500 et 2000 francs », écrit le Mindedevel. Il précise qu’une délibération du Conseil municipal est nécessaire pour donner une onction légale à la mesure.

Cette mesure constitue une réponse aux directives édictées par le Premier ministre le 7 mai. À cet effet, Joseph Dion Ngute a prescrit au Mindedevel « d’engager une réflexion sur la possibilité pour les maires ou les conseils municipaux, de prendre des arrêtés ou des délibérations sanctionnant le défaut du port du masque dans les espaces publics de leur ressort territorial ».

C’est que, après les mesures prises le 30 avril par le président de la République pour adoucir l’impact socio-économique de la pandémie, les populations dans leur quasi-majorité ont abandonné le masque.

Face à la presse le 13, le ministre de la Communication (Mincom) a noté que ces mesures ont été favorablement accueillies par la grande majorité des Camerounais. Mais René Emmanuel Sadi a déploré « l’interprétation erronée qu’une bonne frange de nos concitoyens semble donner de ces mesures d’assouplissement ». En effet, constate le Mincom, « cette interprétation se traduit de jour en jour par un relâchement des contraintes indispensables à la protection de tous et de chacun, par l’inobservation stricte des gestes barrières ». C’est dire si, presque partout dans les villes, le port du masque dans les lieux publics a cessé d’être obligatoire pour devenir facultatif.

D.M.

Dernière modification le jeudi, 14 mai 2020 12:54

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.