Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Dérives médiatiques : le réquisitoire du Mincom contre la presse et les réseaux sociaux

Dérives médiatiques : le réquisitoire du Mincom contre la presse et les réseaux sociaux

Paru le mardi, 14 juillet 2020 14:55

Les dérives médiatiques, le lynchage des personnalités dans l’espace public et la désinformation ont constitué la trame de la conférence de presse conjointe animée le 13 juillet 2020 par le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi (photo), et la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Libom Li Likeng.

Au banc des mis en cause, certains médias que le Mincom ne cite pas, responsables de la « propagation vertigineuse de contre-vérités aussi manifestes qu’offensantes, visant très souvent à jeter le discrédit et l’anathème sur l’action des pouvoirs publics et sur de hautes personnalités camerounaises et étrangères ».

Pour leur part, « les réseaux sociaux se distinguent encore plus par leur inclination prépondérante à la diffusion et au partage de fausses nouvelles, aux attaques personnelles et autres règlements de compte à ciel ouvert, aux atteintes à l’intimité de la vie privée, au non-respect du secret des correspondances », énumère-t-il.

René Emmanuel Sadi fait observer que cette entreprise de destruction a pour cibles privilégiées l’État de droit, les institutions de la République et ceux qui les incarnent. Elle vise davantage les questions les plus préoccupantes et les plus sensibles de l’heure.

Cibles privilégiées

La pandémie de Covid-19 constitue leur champ de prédilection. « Ces esprits mal avisés » passent par tout : le dénigrement de la stratégie de riposte du gouvernement, la contestation des chiffres officiels, la critique sévère des mesures d’assouplissement, l’invalidation « sans aucun argument valable du protocole de prise en charge des cas déclarés », etc. Pour le Mincom, la meilleure contradiction est apportée à ces « censeurs auto-investis » n’est autre que les résultats satisfaisants obtenus par le gouvernement.

La situation sécuritaire qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’échappe pas à « cette frénésie manipulatrice et déformatrice ». « À ce sujet, d’aucuns ont délibérément opté de dénaturer les faits », note René Emmanuel Sadi.

Tout en « diabolisant » les forces de défense de sécurité, « de manière systématique des bandes armées, des assassins, des pilleurs et des violeurs impénitents et totalement déshumanisés sont présentés par certains acteurs médiatiques comme des anges innocents, victimes de la tyrannie du gouvernement et de nos forces de défense et de sécurité », s’indigne le Mincom.

Face à ce qu’il considère comme une campagne de désinformation savamment orchestrée, René Emmanuel Sadi en appelle au discernement et à la vigilance. Seulement, pour certains observateurs de la scène médiatique, cette énième sortie du Mincom trahit une certaine impuissance du gouvernement à traquer ces « fossoyeurs de l’État de droit ».

D.M.

Dernière modification le mardi, 14 juillet 2020 16:27

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.