Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Après l’interdiction du mariage de Bibou Nissack, le MRC crie à l’acharnement

Après l’interdiction du mariage de Bibou Nissack, le MRC crie à l’acharnement

Paru le vendredi, 14 août 2020 10:02

Dans une correspondance signée en date du 13 août dernier, le sous-préfet de l’Arrondissement de Yaoundé II, Mamadi Mahamat, demande au directeur de l’hôtel Massao de surseoir à la cérémonie de mariage d’Olivier Bibou Nissack (photo), le porte-parole de Maurice Kamto, président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

L’Administrateur Mamadi Mahamat avance plusieurs motifs pour justifier son opposition à cette cérémonie nuptiale initialement prévue ce vendredi 14 août. Notamment un « défaut de déclaration de manifestation » pour cette cérémonie de mariage qu’il considère comme une cérémonie publique. À ce grief s’ajoutent d’autres réserves émises par le sous-préfet : « le défaut de qualité du secrétaire d’État-civil, sieur Lewoua Valentin ; défaut de publication de mariage ».

Ainsi, de l’avis du chef de terre de Yaoundé II, la cérémonie programmée par « sieur Biloa Effa, officier du centre secondaire d’État civil de Messa Nkoaba’a, en disgrâce, n’est pas autorisée ». Un défaut de qualité qui s’étend à son secrétaire d’État civil, Valentin Lewoua, celui-ci n’ayant « jamais prêté serment ».

Cette décision du sous-préfet de Yaoundé II suscite le tôlé. Notamment au sein de la famille politique d’Olivier Bibous Nissack où on crie au scandale et à l’acharnement. En réaction, le trésorier du MRC, Alain Fogue Tedom a saisi le secrétaire général de la Délégation générale à la Sûreté nationale (Dgsn). Pour lui, cette interdiction participe des « manœuvres des services de renseignement de la police nationale ».

Contrattaque

Pour contrattaquer les motifs de l’autorité administrative, le trésorier du MRC fait prévaloir que Bibou Nissack « a régulièrement réservé un hôtel de la ville de Yaoundé pour y célébrer le vendredi 14 août son union avec sa fiancée ». Aussi considère-t-il que « cet heureux événement ne revêt aucun caractère public ». « D’autant que les mariages sont régulièrement célébrés au Cameroun sans qu’ils ne soient déclarées », arguent-on au MRC.

« À l’observation, les autorités semblent avoir la paranoïa de voir cette cérémonie nuptiale se transformer en un meeting du MRC, dont les activités publiques sont d’ailleurs régulièrement interdites depuis plusieurs mois sur le territoire. Surtout que Maurice Kamto y est invité », soutient le quotidien privé Mutations dans sa parution de ce vendredi 14 août.

L’officiant Biloa Effa est depuis longtemps dans le collimateur de l’administration. Le conseiller de Maurice Kamto a été destitué de son poste de chef traditionnel de Messa en décembre 2019 par le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, pour « incitation à l’insurrection, insubordination caractérisée envers les autorités administratives, participation active à une manifestation non autorisée ».

L’interdiction du mariage de Bibou Nissack vient relancer la polémique sur l’acharnement que le pouvoir de Yaoundé exercerait sur les opposants au Cameroun. Une polémique qui a atteint des cimes il y a quelques semaines, lorsque la soutenance de la thèse de doctorat de Thierry Okala Ebode, un cadre du MRC, a été suspendue par le ministre de l’Enseignement supérieur avant d’être reprogrammée.

BE

Dernière modification le vendredi, 14 août 2020 11:34

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.