Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Elections locales : le SDF face à ses contradictions

Elections locales : le SDF face à ses contradictions

Paru le mardi, 15 décembre 2020 11:48

Plus de 10 mois après, le Social Democratic Front (SDF) considère toujours qu’il n’y a pas eu d’élections législatives et municipales dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest le 9 février et encore moins lors de leur reprise le 22 mars 2020.

C’est l’une des résolutions prises à l’issue de la réunion du Comité exécutif national (NEC) présidée le 12 décembre 2020 par le président national de ce parti d’opposition Ni John Fru Ndi. La plus grande instance du SDF justifie cette position par la tenue de ce double scrutin dans un contexte marqué par la crise sécuritaire.

Aussi, le NEC « prends acte du fait qu’Elecam et le gouvernement ont insisté pour organiser ces élections et ont même rejeté l’idée d’une élection partielle, malgré les nombreuses propositions que nous avons faites pour garantir la sécurité des électeurs et des candidats ».

Boycott du boycott

Une autre résolution « affirme qu’il est désormais évident que ces élections impossibles, notamment dans les zones anglophones, ont été organisées pour profiter de la situation et détruire le SDF dans sa base naturelle ».

Paradoxalement, le NEC note que les élections régionales du 6 décembre ont eu lieu avant la fin du processus des municipales, au moment où « les requêtes de plus de 900 de nos conseillers municipaux étaient encore pendantes à la Chambre administrative de la Cour suprême ».

Ces derniers ont infligé un revers à la hiérarchie de leur parti en refusant d’observer le boycott prôné par celle-ci aux régionales. En effet, des élus locaux SDF des régions du Nord-ouest et de l’Ouest se sont rendus aux urnes le dimanche 6 décembre pour élire les Conseillers régionaux.

Félicitations

De même, comme une caution aux résultats de ces élections, le SDF « réitère que les membres du parti élus au sein des institutions étatiques doivent impérativement apporter des contributions substantielles pour financer le parti ».  

C’est le cas de son vice-président, Joshua Osih, l’un des cinq députés du parti désigné questeur à l’Assemblée nationale et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle (4e avec 3,35 % des suffrages).

Pour compléter le tableau de ses contradictions, le NEC « félicite tous les candidats qui ont bravé l’insécurité et se sont présentés aux dernières élections régionales ».

D.M

Lire aussi : Régionales 2020 : le vote surprise des conseillers municipaux du SDF à Bamenda

Régionales 2020 : les conseillers-électeurs du SDF dans le brouillard

Dernière modification le mardi, 15 décembre 2020 11:58

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.