Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Joseph Owona nommé membre du Conseil constitutionnel

Joseph Owona nommé membre du Conseil constitutionnel

Paru le jeudi, 16 avril 2020 07:36

Le Pr Joseph Owona fait désormais partie des 11 membres du Conseil constitutionnel du Cameroun. Il a été nommé ce mercredi 15 avril par un décret du chef de l’État, Paul Biya.

Depuis son départ de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) en 2015, où il a dirigé un toilettage des textes de cette instance en qualité de président du Comité de normalisation, Joseph Owona s’était à nouveau retrouvé à la « réserve de la République ». « Ces derniers temps, le professeur agrégé des facultés de droit avait surtout repris ses activités à l’université », affirme le quotidien Mutations.

Ancien ministre secrétaire général de la présidence de la République (1992-1994), il vient combler au sein de la haute juridiction, le vide laissé par Jean Foumane Akame, un autre juriste de renom. L’ancien conseiller juridique du chef de l’État était décédé en janvier 2019. Pour une partie de l’opinion, l’agrégé de droit constitutionnel a le profil de l’emploi dans la mesure où il est le principal rédacteur de la Constitution du 16 janvier 1996 qui fonde la mise en place de cette juridiction suprême.

Polémique

Mais sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont brandi sa casquette de membre actif du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir. Selon cette franche de l’opinion, cet argument serait suffisant pour qu’il ne soit pas nommé membre du Conseil constitutionnel, institution dont la Constitution consacre l’indépendance. Mais, comme la plupart de ses nouveaux collègues avant lui, il annoncera sans doute sa démission du parti au pouvoir dans les jours à avenirs.

Né le 25 janvier 1945, Joseph Owona entre au gouvernement le 24 août 1985, comme secrétaire général adjoint de la présidence de la République. Il sera ensuite nommé ministre de la Fonction publique et du Contrôle de l’État, le 16 mai 1988. Le 7 septembre 1990, il est fait ministre de l’Enseignement supérieur, puis secrétaire général de la présidence de la République en 1992, ministre de Santé en 1994, ministre délégué à la présidence de la République chargé du Contrôle supérieur de l’État en 1996, ministre de la Jeunesse et des Sports en 1997 et ministre de l’Éducation nationale en 2000. C’est sous son magistère au ministère des Sports que les Lions indomptables gagnent leur troisième Coupe d’Afrique des nations (Can) en 2000. Il n’est pas revenu au gouvernement depuis le remaniement ministériel de l’après-présidentielle 2004.

BE

Dernière modification le jeudi, 16 avril 2020 07:41

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.