Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Des pharmacies et cabinets de santé scellés pour vente de chloroquine falsifiée

Des pharmacies et cabinets de santé scellés pour vente de chloroquine falsifiée

Paru le jeudi, 16 avril 2020 13:23

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, dressé le 8 avril et envoyé aux autorités administratives compétentes une liste de quatre établissements basés à Yaoundé à mettre sous scellés pour diverses raisons.

La pharmacie de la foi est scellée pour une période de 30 jours pour absence de pharmaciens aux heures d’ouverture. La pharmacie Le bon berger écope de la même sanction pour une durée similaire pour vente de chloroquine falsifiée sans autorisation et approvisionnement chez un fournisseur non agréé.

Les cabinets de soins Saint Étienne et Horizon santé sont scellés de manière définitive pour exercice illégal de la pharmacie et détention et vente de la chloroquine falsifiée de surcroit sans autorisation.

Le Minsanté, dans une lettre circulaire signée le 23 mars 2020, constatait déjà que certains professionnels de santé conseillent ou prescrivent la chloroquine à titre préventif contre le Covid-19. Et Manaouda Malachie de rappeler aux responsables des formations sanitaires, aux responsables des centrales d’achats confessionnelles, aux pharmaciens titulaires d’officines de pharmacie, aux professionnels de santé, etc. que jusqu’ici « aucune étude scientifique ne démontre l’efficacité d’aucun médicament connu ».

Néanmoins, il reconnaissait que certaines études récentes menées sur un nombre restreint de sujets font état de l’efficacité de la combinaison de la chloroquine et de l’Azithromicine dans le traitement curatif.

Aussi, le 5 avril, le Minsanté a demandé au ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi), Madeleine Tchuinté, « de bien vouloir lancer, dès ce jour, la production » de la chloroquine. Pour motiver sa démarche, le Manaouda Malachie note que « le protocole de soin mis en place par les cliniciens, dans le cadre du traitement des patients positifs au Covid-19, est construit autour de la chloroquine ».

Or, précisait-il, ce produit a été retiré de notre marché depuis quelques années. Du coup, « les unités de prise en charge des malades Covid-19 se trouvent actuellement en rupture dudit produit ».

D.M.

Dernière modification le jeudi, 16 avril 2020 13:25

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.