Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Protection des ambassades : Yaoundé met la pression sur les pays européens face à la multiplication des incidents

Protection des ambassades : Yaoundé met la pression sur les pays européens face à la multiplication des incidents

Paru le mercredi, 16 juin 2021 12:11

Le gouvernement camerounais a exprimé, lundi, son « ras-le-bol » face à « la répétition des actes de vandalisme perpétrés par certains groupuscules d’individus » contre ses représentations diplomatiques « en Europe en général ». Il a également souhaité voir ses partenaires bilatéraux « tenir leurs engagements en termes de respect de l’obligation de protéger les locaux des missions diplomatiques et consulaires étrangères découlant des Conventions de Vienne de 1961 et 1963, respectivement sur les relations diplomatiques et les relations consulaires », peut-on lire sur la page Facebook officielle du ministère des Relations extérieures (Minrex).  

La colère de Yaoundé fait suite à l’intrusion d’« une dizaine d’individus non identifiés » au sein de l’ambassade du Cameroun en Belgique dans la matinée du 14 juin 2021. Lundi, des activistes camerounais se revendiquant de la Brigade anti-sardinards (BAS), un mouvement hostile aux autorités en place, ont pénétré dans l’enceinte de la représentation diplomatique à Bruxelles en se faisant passer pour de simples usagers. Ceux-ci revendiquaient la « libération sans condition » du jeune homme écroué à Mbanga (département du Moungo, région du Littoral) pour avoir insulté le chef de l’État et les membres du gouvernement dans une vidéo virale sur les réseaux sociaux.

Cette intrusion n’a provoqué « ni dégât matériel ni violence physique », a toutefois précisé l’ambassadeur, Daniel Evina, dans une mise au point publiée mardi, au lendemain de cet incident. « Certes le désordre qui s’en est suivi durant une quarantaine de minutes a perturbé le bon déroulement du service public, mais l’intervention prompte de la police belge a ramené le calme et la sérénité aussitôt. L’ambassade a poursuivi ses activités normalement toute la journée », a-t-il écrit. Suite à cette intrusion, l’ambassadeur de Belgique au Cameroun, Eric Jacquemin, a été convoqué lundi par le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella (photo). 

« Mesures appropriées »

Cette entrevue a été l’occasion d’exprimer « la vive préoccupation » ainsi que « la protestation » du gouvernement camerounais face à ces incidents répétitifs contre ses missions diplomatiques à l’étranger, a déclaré le Minrex. « Il sied de relever que la question de la protection des biens des États étrangers, ainsi que la personne des agents diplomatiques est une préoccupation majeure de l’exécutif camerounais qui s’est doté, il y a plus d’une décennie déjà, d’un corps de sécurisation des diplomates (CSD) au sein de la Délégation générale à la sûreté nationale (DGSN) », a rappelé Lejeune Mbella Mbella.

Selon le Minrex, Eric Jacquemin s’est montré « solidaire » des préoccupations de la partie camerounaise face à cet acte « d’une extrême gravité en droit international ». Il a promis de porter ces inquiétudes aux autorités de son pays afin que « des mesures appropriées soient prises au niveau des instances sécuritaires compétentes pour mettre un terme définitif à ces actes qui sont commis en violation des lois et règlements de la Belgique », apprend-on. « Nous allons procéder à l’identification des personnes impliquées dans cet incident et prendre les mesures nécessaires. Les autorités judiciaires vont décider ensuite », a annoncé le diplomate belge qui a présenté la copie figurée de ses lettres de créance au Minrex le 20 août dernier.

En janvier 2019, des membres de la BAS avaient notamment saccagé les locaux de l’ambassade du Cameroun en France. Une plainte contre X avait été déposée par l’ambassadeur de l’époque, Alfred Nguini, et trois prévenus, considérés comme les meneurs, devaient être jugés par le tribunal correctionnel de Paris. Ils étaient poursuivis pour « association de malfaiteurs, vandalisme, dégradations volontaires, vol aggravé, menaces et autres » pour des infractions commises en réunion et en bandes organisées. Depuis lors plusieurs autres missions diplomatiques ou personnalités ont été prises à partie par des membres de la diaspora camerounaise.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi:

Yaoundé convoque l’ambassadeur de Belgique au Cameroun, après l’invasion de son ambassade à Bruxelles

Dernière modification le mercredi, 16 juin 2021 12:48

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.